Ce qu’il faut mieux savoir avant d’aller lundi après-midi à Drouot

drouotAfin qu’il n’y ait aucun malentendu, il nous semble important de donner quelques conseils et astuces à nos lecteurs tentés de venir à la vente qui aura lieu demain. Ces quelques conseils, nous pensions ne pas en faire état mais une discussion hier nous a persuadé du contraire. Il se trouve que l’un de nous a eu l’occasion d’assister pour la première fois à une vente à Drouot le 2 février dernier et qu’il en a tiré la leçon que les ventes aux enchères publiques sont un univers très codifié, où l’expérience et l’habitude des salles de vente jouent un rôle capital. En clair, nous ne sommes pas sur internet et les sites de vente aux enchères que pratiquent la majorité des collectionneurs.

Ici, tout obéit à un savant protocole, un savant dosage de règles écrites (les conditions de vente, explicitées dans chaque catalogue) et non écrites (les regards avec le commisaire-priseur notamment). Drouot a ses inconditionnels : des personnes qui viennent acheter (et revendre) uniquement parce que c’est Drouot !

Une vente ce n’est plus une expo, c’est une sorte de marathon où l’on passe très peu de temps sur chaque objet. Certes, un huissier les présente rapidement mais ensuite tout s’enchaîne : « l’homme au marteau » scrute la salle et saute de 10 en 10 euros – parfois plus- à chaque fois qu’il perçoit un signe sans équivoque qui lui dit « ok », allez-y ! Ca peut grimper vite, très vite ! D’autant qu’il faut ajouter 25% au prix de l’adjudication !

Dès que le commissaire-priseur a dit j’adjuge, que le coup de marteau retentit, un homme s’avance vers l’acheteur et lui demande de suite comment il compte payer. Carte bancaire ? Dans ce cas il faut la lui remettre immédiatement. Vous ne la récupérerez qu’en allant payer ; à la fin si vous avez encore d’autres achats. Un chèque ? Ok dans ce cas signez-lui-en un en blanc, le montant final sera indiqué à la clotûre de la vente. En espèces ? remettez de suite la somme approximative.

Bref, vous l’aurez compris, nous sommes loin des quelques jours de latence qu’on peut trouver sur ebay, qui permettent parfois d’attendre que le salaire soit versé… A Drouot, tout est immédiat et mieux vaut être sûr de son coup ! Certes, il s’agit d’enchères publiques mais mieux vaut laisser la place aux enchérisseurs. En cas d’hésitations, sachez qu’une place est laissée à un appariteur qui dévoile à haute voix ce qui se passe sur internet : vous pouvez en effet enchérir en « live » mais il faut vous préenregistrer avant (en laissant vos coordonnées bancaires). Pareil par téléphone.

Soyez attentif : certains objets ne trouveront peut-être pas preneur, il faudra alors vos renseigner sur une possible remise en vente. Gare aussi au transport des lots que vous récupérerez : il est conseillé d’emmener de quoi les emballer. Un objet vous plaît ? Repérez-le et enchérissez avec prudence et modération : nous vous conseillons de vous fixer un budget limite à ne pas dépasser.

Enfin, beaucoup d’entre vous nous font la remarque des prix des estimations qu’ils trouvent élevés, au regard de ce qu’on peut trouver sur le net. Certes mais il faut savoir que l’état n’est souvent pas le même sur internet et que là, ben c’est Drouot ! Le public visé n’est pas tout à fait le même que celui des collectionneurs, habitués à fouiner des heures durant pour éplucher « le bon coin« . Une partie de la clientèle de Drouot est prête parfois à « mettre le prix » pour quelque chose qu’elle n’a pas envie de chercher elle-même, péniblement et longtemps. Attention, ce n’est pas une généralité mais il importe justement de voir si ces objets vntage peuvent aujourd’hui faire leur entrée parmi les ventes plus « classiques » de Drouot et séduire les amateurs.

C’est un pari.  Cette première vente a un coup d’entrée, au propre et au figuré. Le défi médiatique semble réussi et remporté haut-la-main mais ce n’est que la première manche ! Comme un week-end de coupe Davis, la grande finale se jouera lundi après-midi ! A Toyzmag, vous le savez, nous aimons tellement le jouet que nous optons pour la stratégie gagnant-gagnant : un flop et nous ne serons pas déçus car l’univers du jouet restera modérément abordable tout en ayant eu la reconnaissance qu’il mérite via cette porte d’entrée prestigieuse. Un succès et nous serons également heureux de voir que toutes ces merveilles entrent enfin au Panthéon. Ce sera peut-être plus dur de faire de bonnes affaires mais notre légitimité sera intacte.

Verdict lundi soir…

Bon à savoir et Trucs & Astuces pour ceux qui envisagerait de se porter acquéreur :

  • venez voir les objets avant la vente (le lundi matin ou encore mieux, le samedi : vous pouvez même les manipuler avec un expert). Après l’adjudication, aucune contestation n’est possible sur l’état des objet,
  • les salles de vente sont généralement bondées au début (curieux, badauds, presse…). Prévoyez une petite bouteille d’eau, une « pause technique » préalable et des vêtements légers ou amovibles aisément,
  • venez tôt, les bonnes places sont prises pas les premiers arrivés. Si vous ne compter rien acheter et juste « voir », mieux vaut vous mettre dans le fond pour pouvoir quitter la salle plus aisément
  • imprimez une version papier N&B (et recto verso pour l’écologie) d catalogue pour noter les prix et suivre ce qui vous intéresse : ça va très très vite !
  • faites enregistrer votre carte bancaire avant le début de la vente si possible. Vous gagnerez du temps et le commis vous tombera dessus moins abruptement après une adjudication
  • pendant l’enchère, manifestez clairement au commissaire priseur (CP) ce qui vous intéresse. Evitez de lever la main pour appeler un copain… Ca fera rire une fois mais le CP peut légitimement vous prendre pour un enchérisseur… avec toutes les conséquences que ça comporte !
  • certains lots ne trouveront pas nécessairement preneur car ils sont frappés d’un « prix de réserve » ou d’une instruction particulière donnée au CP, d’un prix final trop en deçà de l’estimation, etc… Vous pouvez éventuellement vous rapprocher du CP et/ou de l’expert après la vente pour plus de précisions.
  • info plus théorique que pratique car peu probable pour cette vente mais bon à savoir : l’Etat a le droit de préempter une enchère juste après une adjudication. Dans ce cas uniquement, vous ne remportez pas l’enchère…
  • le commissaire priseur est le maître absolu de la vente et a (quasiment) tous les pouvoirs : par exemple, si la vente s’éternise, il peut décider de regrouper des lots (ou au contraire d’en séparer si préalablement des acheteurs potentiels ont exprimé leur désir très fort de n’acheter qu’une partie d’un lot). Il peut ajouter ou retirer des lots, etc, etc…
  • attention, tous les prix adjugés sont majorés de 25% au moment du paiement : c’est à retenir pour votre budget et permet d’éviter surprises et déconvenues
  • quand vous remportez une enchère, un huissier vous remet un petit papier avec le numéro du lot. Il ne faut surtout pas le perdre car il vous sert pour le paiement
  • pour récupérer un lot, on passe généralement derrière la tribune et on accède à la réserve. Attention : même si les appariteurs sont très gentils et emballent parfois certaines pièces dans du papier à bulle, ce n’est pas une obligation. Le rythme de la vente et parfois le manque de matériel peut faire ne sorte que vous vous retrouviez avec un objet sous le bras sans rien; Prévoyez un sac hermétique vide pour le transport (surtout en cas d’intempéries). Ce serait dommage de ramener un diorama Meccano sous la pluie et tout corné dans le métro…

2 Responses à " Ce qu’il faut mieux savoir avant d’aller lundi après-midi à Drouot "

  1. sith dit :

    très bonne analyse.Un petit conseil pour compléter vos dires:pour être sûr d’obtenir ce que l’on veut, il vaut mieux se concentrer sur 1 objet….

  2. Chiktabba dit :

    bonjour, ce serait intéressant d’avoir votre retour sur cette vente. Merci













Copyright © 2011-2018 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.