­

Instant Vintage: Interview des Frères Brizzi

Aujourd’hui, nous vous proposons un numéro un peu spécial avec double dose d‘Instant Vintage et une interview des frères Brizzi, Paul et Gaëtan, qui ont été en charge de la réalisation d’une bande-dessinée distribuée en plusieurs épisodes avec les jouets Diaclone en 1985. Cette interview a été réalisée par Christophe, fondateur passionné du site www.joustra-diaclone.com qui nous a gentiment proposé de publier celle-ci. Avant de vous proposer l’interview, quelques lignes où Christophe nous explique sa démarche qui l’a conduit à rencontrer les frères Brizzi.

 

 

 

 

Christophe: Bonjour à tous, passionné depuis l’enfance par l’univers du jouet et des produits dérivés, j’ai commencé à collectionner depuis une vingtaine d’année la plupart des jouets des années 75-80. J’aime et m’intéresse vraiment à tout, mais j’ai toujours eu un faible pour la gamme Diaclone de Joustra. J’ai la chance d’avoir une femme compréhensive à mes côtés qui a toujours compris et accepté ma passion. Mais avec l’arrivée de notre fille, l’achat de notre maison, j’ai du faire des choix et j’ai décidé de me séparer de presque toutes les pièces que j’avais. Toutes sauf mes Joustra Diaclone.

Ce qui me fascine avec cette gamme c’est qu’aujourd’hui encore, certains jouets n’ont jamais été vu. Il s’agit de la deuxième vague, rarissime, vendue au moment ou Hasbro a commencé a envahir l’Europe avec ses Transformers. Cela a marqué le coup d’arrêt des Diaclone, et Joustra a en fait revendu une grande partie de son stock restant à Milton Bradley (MB) qui les a reconditionné dans ses boîtes sous licence Transformers dès 1985-86. Six modèles de la gamme Joustra Diaclone restent encore à découvrir! C’est donc un mélange entre passion du jouet et goût de chasse au trésor…

Parallèlement, j’ai tenté de réunir en vain tous les épisodes de la mini BD « Duel sur Diaclona » créée en 1985 par Paul et Gaëtan Brizzi. Les épisodes de cette mini bande-dessinée étaient insérés dans les boîtes des jouets de la première série. Chaque jouet était vendu avec l’épisode le mettant en scène. Au bout de plusieurs années, il restait toujours à découvrir les épisodes 2 & 3. J’ai donc directement sollicité les frères Paul et Gaëtan Brizzi, les créateurs des illustrations pour Joustra, pour savoir si par hasard ils étaient encore en leur possession. Excellent souvenir que ce premier contact qui allait devenir une relation amicale de longue durée, bien au-delà de ce que je n’aurais jamais osé espérer! Cela m’a entre autres permis de découvrir enfin les épisodes manquant. :)

J’ai toujours eu cette manie de devoir aller au bout des choses, le plus loin possible. Dans ma passion pour la collection comme dans la vie. J’ai d’ailleurs créé mon propre site, sans aucune notion informatique particulière : www.joustra-diaclone.com

Je suis heureux de pouvoir, grâce à ToyzMag, partager avec vous l’interview que j’ai réalisé des frères Paul et Gaëtan Brizzi, mais avant tout, je remercie chaleureusement Nicko pour sa gentillesse et sa simplicité. Lui et son équipe nous permettent de revivre un peu nos années « Dixième Planète« , et donnent à notre communauté un site de grande qualité avec des articles qui dépassent le simple cadre de la photo d’une boîte de toys. Longue vie à ToyzMag !

(NDLR: Merci beaucoup Christophe!)

 

 

Christophe: Bonjour Paul et Gaëtan Brizzi, comment vous êtes-vous retrouvés sur le projet des jouets Diaclone de Céji-Joustra?

P/G Brizzi : Bonjour Christophe, nous avons été contactés durant la fin de l’année 1984 par la firme. Ils nous ont expliqué leur projet de commercialiser leurs nouveaux jouets, des robots transformables et la stratégie de vente à laquelle ils pensaient : promouvoir les produits en les mettant en scène dans une bande-dessinée de laquelle ils tireraient certaines illustrations pour décorer les boîtes.

 

Christophe : Quel a été le cahier des charges?

P/G Brizzi : Nous avons eu une totale liberté. Nous avons nous même réalisé le scénario, et à aucun moment les responsables de Joustra ne sont intervenus. C’est d’ailleurs assez rare dans le milieu de la publicité-marketing. Il est courant que l’on demande de modifier ceci ou cela, de revoir tel détail, d’en retirer tel autre, etc.. Là, personne n’a rien souhaité modifier et tout à été validé tel quel.

 

Christophe : Combien de temps vous a pris la création de la bande-dessinée?

P/G Brizzi : Nous étions jeunes et travaillions énormément à cette époque-là. Cela pouvait aller jusqu’à 70 heures par semaines. 1984-1985 ont d’ailleurs été les années les plus prolifiques pour nous. Nous avons ces deux années réalisé Diaclone, le storyboard du film de Roman Polansky, Pirates, et dans le même temps dirigé l’équipe du film Astérix et la surprise de César.

Sur Diaclone, nous réalisions environs 2 planches par semaine (NDLR : un épisode est composé de 4 planches). Cela a pris moins de 6 mois. Nous avons vraiment un très bon souvenir de ce travail. Nous avons beaucoup soigné nos illustrations, et aujourd’hui encore nous sommes très fiers de cette réalisation. A cette époque, dans les années 80, les publications à destination du public des enfants et adolescents n’engageaient pas autant de travail. les dessins étaient moins aboutis, plus « grossiers ». Nous avons traité ce projet comme tout ce que nous avons toujours réalisés : avec soin, passion, soucis du détail. Un gros travail a notamment été fait sur les couleurs.

 IMG_6040-600x450

Christophe : Comment vous êtes-vous répartis les rôles dans la création de la bande dessinée ?

Gaëtan Brizzi : Comme nous l’avons toujours fait. Paul prend à sa charge les personnages, et moi les décors. Sur Diaclone cela était un peu différent car les robot sous leur forme humanoïde on été réalisés par Paul, mais sous leur aspect transformé (voiture, arme, camion, etc..) c’est moi qui en assurai la réalisation.

Paul Brizzi : Nous avons également réalisé le dessin à la gouache qui sert de couverture à la bande dessinée, mais uniquement le dessin. La mise en page (NDLR : avec les bandes horizontales de couleurs rouge/jaune/orange) et le logo ont été ajoutés par Céji-Joustra. Nous avons d’ailleurs offert ce dessin à un membre de leur équipe une fois le travail terminé.

 

Christophe: Etes-vous intervenus à l’étape de travail sur le produit fini « boîtes » des jouets?

P/G Brizzi : Non, nous avons uniquement travaillé sur la face avant des boîtes. Joustra nous Transmettait les cotes avec les tailles des boites et nous laissions le champ du haut libre pour qu’y soient intégrés le bandeau de couleur et logo Diaclone qu’ils avaient créés.

Christophe : Vous avez donc réalisé plusieurs fois le même dessin? Par exemple, sur la boîte d’ambulance on voit le robot représenté immaculé, alors que l’épisode de la bande dessinée où le jouet apparaît le met en scène plein de boue et de vase?

Gaëtan Brizzi : En fait, les planches dessinées ont toutes étés très soigneusement découpées pour en extraire le dessin qui était destiné à apparaître sur la face avant de la boîte. Pour Ambulance par exemple, Paul a dessiné le robot Ambulance immaculé, le tout a été découpé et délicatement extrait pour être utilisé pour la création de la boîte du jouet, puis réintégré à la planche d’origine où les salissures ont été ajoutées pour coller au scénario et finaliser la bande dessinée.

 

Christophe: Sur certaines boîtes, des personnages apparaissent alors qu’ils ne sont pas dans la bande dessinée. C’est le cas avec « Pick-up » qui apparaît transformé sur la boîte d’Ambulance ou encore « Diaclone Truck » qui apparaît en mode robot sur sa propre boîte a côté de lui même en mode camion :

P/G Brizzi: Nous avons du tricher car bien entendu, dans le scénario, Diaclone Truck ne peut pas être en même temps en mode robot et camion.. Pour ces deux boîtes là, des dessins supplémentaires ont étés créés (NDLR : il n’en reste rien).

 IMG_6041-600x450

Christophe: J’ai eu la stupéfaction lorsque vous me les avez transmis il y a un an et quelque, de découvrir en plus des épisodes 2 et 3 les épisodes 11 et 12 !!! (Pour rappel, les jouets Diaclone ont été distribués en deux vagues. La première est en général la seule connue de tous. Ce sont les jouets que mettent en avant les illustrations des frères Brizzi.  Elle se compose des épisodes 1 à 10. Une seconde série plus obscure, et à la production quasi confidentielle dont nous ignorions l’existence il y a encore quelques années, a belle et bien été distribuée par Céji Joustra. Les boîtes annoncent une « Bande dessinée à l’intérieur », mais jusqu’à aujourd’hui, aucune bande dessinée n’a JAMAIS été trouvée. Egalement, les dessins des boîtes sont moins aboutis, plus « simplistes »). Dans quelles conditions avez-vous réalisé les épisodes 11 et 12?

P/G Brizzi: Les responsables de Céji-Joustra sont venus nous trouver en nous indiquant qu’ils avaient de nouveaux robots transformables dont ils voulaient assurer la promotion. Nous étions embêtés car nous avions mis fin à l’histoire avec l’épisode 10. Nous avons cependant accepté et réalisé un nouveau scénario sur deux épisodes. Comme pour la première vague, nous avons reçu les jouets neufs que nous utilisions comme modèles afin de les mettre en scène.

 

Christophe: Quel laps de temps sépare les épisodes 1 à 10 et les 11 et 12?

Paul Brizzi : Environ trois semaines.  Céji nous a cette fois-ci demandé de faire tenir l’histoire en deux épisodes. Nous ignorons pourquoi ce travail n’a pas été utilisé. D’autant plus que nous maîtrisions le sujet après les mois passés sur la première vague, et étions plus aguerris encore et plus à l’aise avec cet univers de robots transformables. Nous avons d’ailleurs sur les épisodes 11 et 12 réalisé un travail encore plus abouti, au niveau de la mise en page notamment (NDLR : Je confirme!). Nous ne savons pas qui a réalisé les illustrations qui ont été utilisées sur les boîtes des jouets de la série deux.

 

Christophe: Avez-vous reçu des échantillons de Céji-Joustra avant la commercialisation?

Gaëtan Brizzi : Par curiosité j’ai demandé à avoir des cartes blisters et des boîtes pour avoir une idée du rendu final. Puis ils nous ont envoyés quelques exemplaires des jouets produits finis. Nos enfant en ont d’ailleurs récupéré quelques uns à l’époque. Nous avons aussi reçu plusieurs exemplaires des bandes-dessinées mais en allemand uniquement. Tous les épisodes…. sauf les épisodes 2 et 3. J’ai tout conservé précieusement jusqu’à… aujourd’hui.

 

 Jaguar-2014--600x421

Un grand merci à Paul et Gaëtan Brizzi. J’ai été très impressionné par leur simplicité, leur gentillesse, en plus de leur immense talent d’artistes. J’ai pu à cette occasion admirer deux de leurs dernières réalisations. C’est comme toujours une expérience qui laisse sans voix surtout quand on sait qu’ils font tout à la main, à l’ancienne! (old school comme ils le disent).

J’ai eu le plaisir qu’ils m’offrent et me dédicaçent aussi le livre dont ils ont fait les illustrations : L’orlando Furioso. C’est comme toujours grandiose! Quel talent incroyable!! Le lien Youtube vers leur dernière interview réalisée en 2013 à l’occasion de leur exposition « Opéras » à la galerie Daniel Maghen. Egalement, à aller voir absolument leur tout nouveau site : brizzibrothers.com. Les dessins sont de pures merveilles…!!

Pour terminer en beauté cette interview, j’ai le plaisir de partager avec vous un dessin que m’a fait durant notre rencontre Paul Brizzi en à peine quelques minutes. Mon personnage préféré de leur bande dessinée : Jaguar, sous une pose originale !! Lorsque j’ai posé la question, les deux frères ont accepté tout de suite, avec ce simple commentaire « vous savez, cela fait longtemps que nous n’avons plus dessiné de robot ». A voir le résultat on peut se poser la question..

Quelle gentillesse, quelle générosité et disponibilité pour leurs fans! Paul et Gaëtan Brizzi : C’est vraiment la classe.. Encore mille merci à vous deux!

 

Tags: , ,

4 Responses à " Instant Vintage: Interview des Frères Brizzi "

  1. sith dit :

    bien d’accord avec toi, c’est la classe ! Ces illustrations de boîtes sont magnifiques et elles méritent autant que celles d’autres univers comme MOTU.

  2. ryuzo dit :

    Magnifique et bravo pour ton interview Christophe

  3. guillaume dit :

    excellent! merci beaucoup pour ce super partage :)

  4. Christophe dit :

    Merci pour vos commentaires. C’était un vrai plaisir de rencontrer les frères BRIZZI. Ils ont une classe et une gentillesse qui appartiennent à ces années vintage que nous affectionnons tous tout particulièrement.

    Je suis d’accord avec toi Sith, on est effectivement avec un talent et un impact sur les ventes à l’époque comparable au travail fait sur les boîtes MOTU vintage.

    Belle rencontre aussi avec Nicko! Super état d’esprit et grand cœur!







































Copyright © 2011-2017 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.