­

Instant Vintage Studio de Martine (Berchet 1988)

L’Instant Vintage d’aujourd’hui vous propose de revenir sur une héroïne bien connue des petites filles : Martine. Cette fillette d’une dizaine d’années est avant tout le personnage principal d’une grande série de livres qui compte une soixantaine d’aventures entre 1954 et 2010. Nous allons découvrir dans ce Toyz Focus un des rares jouets produit pour ce personnage : le studio de Martine de Berchet.

martine02

 

Martine est née en 1954 sous la plume de Gilbert Delahaye  (puis de Jean-Louis Marlier ensuite après la disparition de celui-ci) et sous les crayons de Marcel Marlier (le père de Jean-Louis) jusqu’en 2010, année où la série s’arrête avec le décès de son dessinateur. Les livres sont publiés par les éditions belges Casterman.

 

martine02

source image : club-martine.fr

Martine est donc une petite fille qui a environ dix ans dans les livres et qui  vit de belles histoires basées sur les événements et les activités de la vie quotidienne.  En cinquante-cinq ans, une soixantaine de petites aventures sont sorties. L’enfant partage les expériences de vie de Martine et peut s’identifier facilement à l’héroïne car les livres traitent de sujets qui le concerne ou qu’il est amené à vivre : Martine à l’école, Martine fête son anniversaire ou Martine prend le train par exemple.

 

 

La société Berchet

 

martine03

source image : 1000logos.free.fr

Berchet est une société existant depuis 1945 qui s’est tournée vers le domaine du jouet afin de se diversifier de son activité première  (les montures de lunettes). Dans la deuxième moitié des années 80, après deux tentatives manquées de diversification avec la reprise de la marque Bella et dans l’électronique, Berchet confirme son retour avec une politique axée sur la conception de produits originaux et créatifs. L’entreprise a également la volonté de répondre aux attentes des enfants et de leurs parents dans le secteur du jouet premier âge et du jouet d’imitation. Berchet est alors distribuée en France par BBC France basée à Oyonnax dans l’Ain et distribuée à l’exportation par SUPERJOUET notamment pour le Royaume-Uni ou l’Allemagne.

«Des jouets cela ne se fabrique pas… Cela s’invente. Et si je suis toujours aussi passionné par les jouets, c’est tout simplement parce que je continue à les regarder avec des yeux d’enfant » –  Jean-Louis BERCHET, PDG de la Société Berchet depuis 1975 (Catalogue des jouets Berchet, 1989).

martine05

source : la Revue du Jouet – Janvier 1988

martine06

source : la Revue du Jouet – Janvier 1988

 

 

 

Le jouet

 

martine04

Catalogue Berchet 1988

En 1988, Berchet commercialise un jouet à l’effigie de la célèbre fillette : le studio de Martine.

C’est un jouet transportable dans lequel on peut tout ranger et l’emmener avec soi comme une valisette. Il s’agit d’un petit espace chambre et salle de bains qui permet de jouer à habiller, laver, coiffer, préparer ou faire dormir Martine dans un beau décor pastel rose, bleu et blanc. Le jouet est vraiment en cohésion avec l’esprit de douceur et de tendresse qu’inspire le personnage dans les livres.

martine07

collection personnelle d’Anaïs R.

martine08

collection personnelle d’Anaïs R.

martine13

collection personnelle d’Anaïs R.

 

Le studio mesure environ 27,5 x 28,5 x 17,5 centimètres quand il est fermé et 45 x 28,5 x 17,5 centimètres quand il est ouvert. En dessous il est noté : © Berchet 1987 – MADE IN FRANCE – Berchet. Le plastique épais et résistant avec lequel est fait ce jouet est le même que celui que Berchet utilise pour les vanitys  dans ses sets de  nurserie.

martine36

 

Il se compose de quatre espaces. De gauche à droite : un lit qui se replie à l’intérieur et forme la porte gauche du placard une fois fermé. Ensuite,  juste à côté, une penderie qui une fois fermée est la porte droite du placard. Puis, un espace miroir-lavabo avec trois tiroirs pour ranger les accessoires et enfin, une douche termine l’ensemble. Un des aspects ludiques du jouet est le côté modulable de la chambre. En effet, pour un enfant, le lit qui se rentre dans le placard est un élément intéressant car il permet de pouvoir avoir soit une chambre quand le lit est déplié, soit de laisser place à l’imaginaire d’une autre pièce quand il est replié.

martine10

collection personnelle d’Anaïs R.

martine11

collection personnelle d’Anaïs R.

 

Une fois l’ensemble refermé, cela fait une sympathique petite valise rose avec une poignée sur le dessus qui permet de l’emporter avec soi et de s’amuser partout avec. C’est le genre de jouet qui plait beaucoup aux enfants à l’époque, avec des exemples similaires comme le studio–bureau Barbie 1985 (qui avait aussi le principe du lit pliant), la loge rock de Jem 1986 ou le salon de beauté Poney 1987. Ce dernier  playset était d’ailleurs à peu près au même prix à l’époque : autour de 160 / 165 francs.

martine37Le set est livré non monté avec les éléments à détacher fixés sur des encarts plastiques. On  trouve lorsque l’on le déballe pour la première fois :

-les éléments qui sont à assembler avant la première utilisation : une douche, trois tiroirs de rangement, une tablette, un lavabo, une glace, une penderie avec ses tiroirs, un lit encastrable.

-de nombreux accessoires qui permettent de jouer avec Martine : un sèche-cheveux, des bigoudis blancs, un matelas avec couverture, deux cintres, deux paires de chaussures, un jogging avec une paire de baskets, un kilt, un chemisier et une écharpe écossaise.

– des autocollants à coller à l’intérieur et sur l’extérieur du studio pour la décoration dont une photo de Martine à coller au dessus de son lit ainsi que des étagères de livres et produits de toilette pour la chambre et la salle de bains.

– une notice de montage et un livret « mon journal ».

10953418_10205586669088138_568680933_o

collection personnelle d’Anaïs R.

Pour aller avec le playset, on trouve bien évidement la poupée à l’effigie de Martine. Elle mesure 23 centimètres avec bras et jambes articulés et pliants. Elle est livrée habillée en tenue de loisirs style bord de mer avec un pantalon rayé bleu marine et blanc, une marinière et un ruban blanc dans les cheveux. Le visage est assez réussi avec de grands yeux bleus étonnés et une petite bouche rose entrouverte.

Martine ne sourit pas, son expression est un peu candide. Ce côté naïf et innocent lui a parfois été reproché dans les livres. En effet, à partir des années 80, les histoires de Martine pouvaient paraître parfois bien sages et un peu éloignées préoccupations des enfants de l’époque même si cela restait mignon. La poupée permet de projeter Martine soit en récréant ses aventures pour les moins créatif, soit en la projetant dans  un univers plus moderne pour les plus inventifs.

martine09

collection personnelle d’Anaïs R.

Elle est livrée avec son chien Patapouf qui est une petite figurine marron monochrome sans détails et non articulée. Patapouf est le compagnon de tous les instants de Martine présent dans quasiment tous les livres pour accompagner la petite fille. La figurine est un peu petite peut-être par rapport à la poupée et au studio et aurait toutefois mérité un peu plus de détails.

Le petit livre vierge intitulé « mon journal » offert avec le studio permet à la petite fille d’y reporter ses secrets ou les aventures qu’elle imagine pour sa poupée. Sur ce journal, une illustration de Martine écrivant en compagnie du chaton Moustache (lui aussi présent dans les livres) prêt à bondir. Moustache est aussi représenté sur le sticker décoratif à coller dans le studio. C’est un rappel sympathique à un autre personnage des  histoires de Martine.

martine39

Martine avec Moustache et Patapouf

Le packaging

 

Le studio de Martine était vendu dans une jolie boite vitrine au fond bleu – vert pastel qui faisait bien ressortir le rose du jouet. Sur le devant de la boîte en haut à gauche, une image représentant Martine, son petit frère Jean et Patapouf. Cette image est celle qu’on retrouvait au dos des livres avec la liste des titres existants. A côté, écrit en assez gros, la mention « le studio de MartineTM » (dans la même écriture que celle des titres des livres) et en dessous, en plus petit,  « avec Patapouf son petit chien ».

 

martine20

Le studio n’était pas visible directement mais représenté à gauche par une photo commerciale mettant en scène Martine dans le playset ouvert, avec à côté le livret offert dans la boîte. La partie vitrine, à droite sur le devant, laissait voir la poupée Martine, Patapouf et le livret « mon journal ». Tout en bas, sous la vitrine plastique, on lit  la marque : Berchet.

Le fait que le studio était caché ne gênait en rien car l’enfant ne pouvait pas se tromper en voyant le dessin et de la police d’écriture utilisée. Il s’agissait de bien de l’héroïne Martine des livres et pas une autre. La poupée n’ayant certainement pas été vendue seule à part,  il fallait acheter le studio pour avoir  Martine.

martine21

Le dos de la boîte reprend l’image publicitaire de Martine en action dans le studio avec Patapouf sur les deux tiers du carton. Sur cette partie comme sur le dessus de la boîte , il y a les traductions en anglais et allemand : Martine’s apartment et Das Studio von Martine. Rappelons que Berchet exportait ses jouets à l’étranger (distribués par Superjouet) donc on peut supposer que le playset a pu faire partie des jouets exportés ou en projet d’exportation. Les histoires de Martine ayant été traduites et éditées dans de nombreux autres pays.

 On  peut lire  également « le petit monde des livres de MartineTM » avec ses traductions en dessous de l’image de Jean, Martine et Patapouf (rappel du dos des livres) et la marque Berchet. Le copyright TM ©Casterman / MARLEX Int’l – Desing MARLIER est inscrite en tout petit en dessous de la marque.

martine22martine23

Sur les côtés de l’emballage, on trouve le descriptif complet du contenu du jouet et des accessoires. D’un côté,  le descriptif en français avec ses traductions anglaise et allemande et de l’autre, les traductions italienne et néerlandaises. La version italienne dit lo studio di Martina. Martina car Martine a d’autres prénoms dans les éditions non-francophones des livres.

Les autres produits Martine

 

 

martine26

Catalogue Berchet 1988

martine25

Catalogue Berchet 1988

La même année, Berchet a également utilisé la licence Martine pour des sets de vaisselle en plastique et une coiffeuse. Les dînettes pour lesquelles la société avait une certaine expérience car c’était un des premiers jouets fabriqué par l’entreprise et qui en 1988 représentaient 10 % des ventes de la marque.  Dans le catalogue de vente destiné aux magasins de jouets, les produits Martine côtoyaient d’ailleurs d’autres services de table ou services à café de licences plus ou moins connues comme Barbie et Disney Babies entre autre.

.

martine27

Catalogue Berchet 1989

L’année suivante, dans le catalogue Berchet 1989, la licence Martine a disparu mais le studio et la poupées sortent sous deux nouvelles références. En effet, plus aucune mention de Martine nulle part, ni dans les autocollants extérieurs, ni dans les stickers décoratifs intérieurs. Il n’y a plus non plus le chien Patapouf. Le studio, qui conserve les mêmes dimensions et la même disposition, est disponible en deux versions sur le thème des loisirs : mes vacances à la mer et mes vacances à la montagne. Les deux playsets portent le même copyright en dessous que le Studio de Martine© Berchet 1987 – MADE IN FRANCE – Berchet.

Dans le premier, mes vacances à la mer, les couleurs sont plus prononcées. Plus du tout de rose ou de bleu pastel mais un jaune soleil et un rose fushia beaucoup plus flashy. Les décors sont tropicaux avec des poissons, un perroquet et une île pour la partie de gauche. Le lit a un petit côté transat de plage avec du linge rayé blanc et jaune.  La partie salle de bains est conservée. Toutefois le décor n’est plus fait d’autocollants à positionner mais c’est un décor cartonné à insérer derrière les éléments de la salle de bains. La poupée fournie avec le playset est  la même que Martine. Elle est livrée avec deux habillages : un maillot de bain rose et une salopette rouge.

martine34

Le deuxième studio se nomme mes vacances à la montagne. Il est bleu et jaune avec un décor de chalet de ski. Les décors imitent des murs en pans de bois et une cheminée typiques des petits chalets de montagne.  Petit clin d’oeil à une gamme phare du moment, on aperçoit un Popples dans les éléments dessinés sur le décor au dessus de la cheminée. La poupée porte une tenue de ski avec bâtons et skis et est livrée avec une tenue de rechange.

.

Voilà, ce Toyz Focus sur Martine se termine ici. Nous vous donnons rendez-vous très bientôt pour un autre Instant Vintage avec un autre jouet ou une autre gamme à découvrir. Merci à Anaïs R. pour son aide et pour avoir su me communiquer son engouement pour ce jouet.

Tags: , ,

4 Responses à " Instant Vintage Studio de Martine (Berchet 1988) "

  1. guillaume dit :

    Je débarque complètement dans cet univers! Je me souviens avoir lu les livres de Martine étant petit mais je ne connaissais pas du tout l’existence de cette ligne de jouets! Merci beaucoup pour ce partage! :)

  2. Obione76 dit :

    J’aime vraiment lire tout ces articles, pourtant ce n’est pas du tout mon univers, mais c’est toujours très intéressant de découvrir les dessous, derrière le jouet :)

  3. KissFan dit :

    Oh, oh … depuis quelque temps, on assiste à une montée en puissance des gammes girly dans l’Instant Vintage 😉 Si je me rappelle bien Nathalie, la mallette de poupée « Vacances à la montagne » fait partie de tes recherches assidues!

  4. Fansolo dit :

    C’est énorme : je connaissais la série des Martine (et les récentes parodies avec le générateur de couvertures qui a été interdit) mais cette gamme de jouets 100% français, j’ignorais tout ! C’est vraiment magnifique et ton article est hyper documenté, Nath !
    Mentions spéciales aux Revues du Jouet (tu en as beaucoup ?) et à la photo du petit châton au bas du catalogue : trop mimi 😉







































Copyright © 2011-2017 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.