Instant Vintage Bouftou The Real Ghostbusters

Pour ce nouveau rendez-vous, nous allons faire un petit focus sur les diverses adaptations du fantôme vert, Bouftou, mascotte de la licence Ghosbusters, à travers la gamme Kenner « The Real Ghostbusters ».

 

Slimer loose

Slimer loose

real_ghostbusters_title_logo_by_wolverine25th-d74nmmn

 

Ce fantôme vert est, à la base dans le film, un fantôme qui hante le 12ème étage de l’hôtel Sedgewick . Il est composé d’ectoplasme et laisse souvent des traînées de Slime (Source des manifestations fantômatiques) derrière lui, d’où son nom dans la version originale Slimer. Malgré qu’il soit un fantôme, il a la particularité d’avoir un énorme appétit. Cela influence beaucoup sur son appellation française qui devient Bouftou.

Bouftou première apparition

Bouftou première apparition

 

Le culte d’Ivo Shandor pour invoquer Gozer serait apparemment la cause de l’apparition de ce « corps astral de type 5 ». Les manifestations de Bouftou pousseront les responsables de l’hôtel à appeler les chasseurs de fantômes. Ray Stantz sera le premier à tomber par hasard sur le fantôme vert, celui-ci se goinfrant sur un plateau repas. Ray tente de le happer avec son proton pack  mais sa cible prend la fuite, avant de passer à travers un mur.

Il contacte Venkman qui se retrouve face au revenant. Slimer lui fonce dessus, ce qui donne la réplique mythique du film « He slimed me ».  Nos trois chasseurs finissent par bloquer le spectre dans une grande salle de réception. Ils parviennent à l’attraper et l’enferme dans le piège, réduisant le banquet de la Bar Mitzvah en miette. Bouftou devient le premier fantôme capturé par le S.O.S FANTÔMES.

HE SLIMED ME

HE SLIMED ME

 

Vers la fin du film, quand Walter Peck fait débrancher la chambre de stockage, ce qui libère tous les esprits jusque là capturés, Bouftou se voit donc relâché. On pourra l’apercevoir rapidement dans un chariot à hot dog entrain de manger des saucisses. Le film se termine sur un plan où le fantôme vert fonce vers l’écran juste avant le générique de fin.

Dans le deuxième film, on peut l’apercevoir rapidement dans la caserne des Ghosbutsters, comme ci c’était l’animal de compagnie, notamment dans quelques scènes cocasses avec Louis Tully interprété par Rick Moranis. Son nom n’est jamais mentionné dans les films, c’est un nom d’usage pour la licence. Son rôle est interprété par Robin Shelby.

Robin Shelby

Robin Shelby

Robin Shelby en pleine prise

Robin Shelby en pleine prise

 

Dans la série animée, Bouftou est bien présenté comme le fantôme de compagnie de nos héros, vivant avec eux au sein du QG. Déjà abordé dans notre précédent Instant Vintage consacré à Egon, la popularité du fantôme vert le projette au premier plan de la série avec pour titre Slimer and the real Ghosbusters dans la version originale. Il est affectueux envers ses amis et particulièrement avec Janine la secrétaire. Parfois râleur, il fait souvent le pitre. Il est un peu froussard face à d’autre fantôme, ce qui donne un aspect comique étant donné qu’il est lui-même un esprit. Il n’hésite pas non plus à s’équiper d’un proton pack pour aider ses amis à chasser ses congénères de l’au-delà. C’est peut être ça qui a plu aux jeunes téléspectateurs, le fait d’avoir du coté des héros (donc de leurs cotés), un fantôme qui est sensé les effrayer mais qui est très attachant dans le fond.

Bouftou sans la série animée

Bouftou sans la série animée

 

 Bouftou le fantôme, les jouets vintages

En 1987, Kenner sort une nouvelle gamme de jouets issue sur l’univers de The Real Ghosbuters (S.O.S Fantômes chez nous). On y retrouve la mascotte à quatre reprises, soit une peluche et trois action-figures. Et c’est de ces trois jouets que nous allons parler évidement !

 

Le premier sort en 1987 avec la première vague de figurines. En France, il sortira sous le nom de Bouftou le fantôme (visuel ci-dessous) dans un premier tirage en carte 100% française, puis dans un deuxième tirage mais cette fois ci dans une version française/néerlandaise pour agrandir le marché avec le Benelux. Le blister contient le fantôme avec des articulations aux bras et à la queue. Ces accessoires sont une part de pastèque, une pizza et un morceau de viande pour coller au coté vorace du personnage. Contrairement à ceux qui vont suivre, son expression faciale ne présente guère de sympathie. Au dos de la carte, il est quand même présenté comme le compagnon des chasseurs.

Slimer version française

Slimer version française

On remarque sur le cardback que la double traduction est présente contrairement à la face avant ci-dessus. Sur d’autres cartes de la série 1 à la face uniquement française, il n’y a que le texte français au dos. Soit il a fait parti des derniers à sortir de la série et qu’il a commencé à subir le jumelage des langues, soit c’est une troisième variante de carte FR marquant la transition entre les cartes FR et les FR/NL. Au passage, l’appellation anglo-saxonne Green Ghost est conservée pour la Belgique flamande et les Pays-Bas.

Slimer version française cardback

Slimer loose

Slimer loose

 

Les versions sorties en Europe, c’est-à-dire la version anglaise, la française et sa déclinaison pour le Benelux, la version allemande et l’italienne, sortent sous le même format. Une carte violette/bleue, avec le texte traduit pour chaque pays. Ces cartes sont produites en Angleterre, d’où le code barre jaune au dos. On peut remarquer sur l’ensemble des versions européennes que l’artwork est entouré d’une aura blanche. La bulle de texte évoque l’effluve de protons.(Visuels ci-dessous)

Slimer version anglaise

Slimer version anglaise

Slimer version allemande

Slimer version allemande

Slimer version italienne

Slimer version italienne

 

Pour les Etats-Unis, on peut trouver trois sortes de cartes du fantôme vert. Les pays anglo-saxons utilisent le nom de Green Ghost et non Slimer comme dans la série animée. Cependant, sur ces cartes, on peut apercevoir un sticker sur la bulle, puis directement imprimé sur la carte : « Knows as Slimer in the TV series the real ghostbuters ». Les couleurs de fond de la première carte sont un dégradé du bleu vers le violet avec un logo au « REAL » rouge très manquant. Les autres perdront ce dégradé par la suite, surement pour une question de coût de fabrication. L’artwork n’est cette fois-ci pas entouré d’un voile blanc, il est brut sur la carte. Les premiers blisters possèdent une bulle assez rectangulaire. Par la suite, elle est remplacée par une bulle moulée au jouet. Au dessus du logo figure le slogan en jaune du film en V.O. « WHO YOU GONNA CALL ? ». Dernier détail, le nom du personnage est en blanc sur les premières tirages, il devient jaune par la suite.

Slimer version américiane 1

Slimer version américiane 1

 

Sur cette première version, nous sommes vraiment au tout début du lancement de la gamme. Il suffit de voir le cardback. Contrairement aux autres qui reprennent l’essentiel de la première vague, nous retrouvons uniquement les quatre chasseurs, SlimerMarshmallow et le Ghostzapper en accessoire. Le code barre est blanc, contrairement au jaune européen. Ces premières versions sont les plus rares de nos jours.

Cardback Slimer version américaine 1

Cardback Slimer version américaine 1

 

Slimer version américaine 2

Slimer version américaine 2

Slimer version américaine 3

Slimer version américaine 3

 

La version canadienne reprend le style de la carte américaine avec un texte anglais/français. Bouftou se fait appelé donc le Fantôme vert. Les jouets canadiens ont une traduction assez littérale du nom original. Il faut savoir que là bas, les doubles traductions sur les produits sont imposées par la loi.

Slimer version canadienne

Slimer version canadienne

 

Une version argentine existe aussi reprise par Josca. Quand une gamme de jouets est en fin de vie, les moules ayant servis à la production sont souvent revendus à des fabricants de cette partie du continent. Les jouets sont de moins bonne qualité généralement, et les couleurs diffèrent du jouet original (à cause des moules usés, et des matières premières de moins bonne qualité). Pour ce jouet, on voit que les couleurs des accessoires ne correspondent pas à l’original, l’opercule est un triangle. « El Pegajoso » que l’on peut traduire par « le collant » est le nom donné à Bouftou dans les pays de la langue espagnole. Cette version est surement sortie vers la fin de la gamme au début des années 90. Cependant, si nous devons comparer ce « bootleg » avec ceux d’autres gammes de la même époque, le résultat n’est pas si mal globalement. De plus le logo Kenner est bien présent (légalement ?).

Slimer version argentine

Slimer version argentine

 

Le second jouet est issu des « Gooper Ghosts », quatre fantômes vendus séparément avec un pot de Slime. Très à la mode à cette période, ces pots de gel étaient présents dans d’autres gammes tels que les Maîtres de l’univers et son Slime ou encore les Tortues Ninja et leur Mutagen. Sur chaque boite, le liquide rose dégouline du haut, cela colle parfaitement au principe de cette série. Les trois premiers sont sortis durant la première vague, mais celui adaptant le fantôme vert sort l’année suivante avec la deuxième vague. En France, il sort sous le nom d’Englutou… Mais pourquoi ???  Le principe de ces jouets est d’interagir avec le gel via des systèmes de pompes ou d’ouverture. Englutou peut alors engluer par sa bouche les figurines de Slime. Si on fait un mix avec Bouftou, on se retrouve avec le nom Englutou. Cette version est déjà plus en accord avec celle vu dans la série, plus rigolote avec des formes qui correspondent mieux à sa morphologie du personnage. Néanmoins, comme pour le premier jouet vu plus haut, la taille n’est pas vraiment proportionnelle par rapport au reste des figurines. Sur la boite il est encore plus disproportionné…

Englutou version française

Englutou version française

Englutou loose

Englutou loose

 

Les versions européennes sont du même format avec pour seul changement la traduction des pays respectifs. Toujours ce voile blanc présent autour de l’artwork. (visuels des autres pays non disponibles)

Englutou version française face hollandaise

Englutou version française face hollandaise

Englutou version anglaise

Englutou version anglaise

 

La version américaine diffère légèrement des versions européennes. L’artwork n’a toujours pas d’aura blanche qui le contourne. La mention Gooper Ghost apparaît comme titre de série au dessus du nom, qui est encore une fois, Green Ghost. Comme sur le premier jouet, on retrouve sous le nom, un texte rappelant qu’il s’agit de Slimer dans la série. Et pour finir, le slogan au dessus du logo, on reste dans la continuité.

Englutou version américaine

Englutou version américaine

 

Malheureusement, aucun visuel d’une version Canadienne…

Le troisième et dernier jouet est sorti pendant la troisième vague de la gamme en 1989. Il s’agit de Slimer avec son proton pack. Il a la particularité d’avoir une variante de couleur au niveau du pack dorsal. Celui-ci est bleu à la base avec le canon rouge, mais il existe aussi une version pack rouge, canon bleu. Bouftou a enfin un vrai proton pack (contrairement à la pompe du gooper ghost déguisé). De plus, il est plus petit que les précédents, ce qui est plus cohérent vis-à-vis des autres jouets. Son action feature nous renvoie à celle de Peter Venkman de la série Grand Frisson sorti l’année précédente. Les yeux sortent des orbites et la bouche est grande ouverte, ce qui exprime une grande frayeur digne d’un dessin animé. La carte est simple et efficace. Toujours un artwork fidèle au jouet (entouré de blanc en Europe), le logo avec la traduction S.O.S fantômes juste en dessous. En bas à droite, se trouve une petite bulle explicative de l’action du jouet. Mais s’il fallait lui reprocher quelque chose, c’est son nom : Claquetou ?? On retrouve la terminaison « tou » donc on garde la même logique. Mais pourquoi Claque ? La peur qui lui fait claquer les dents ?  Pourtant la bulle nous indique bien que la mâchoire tombe. Cela restera un grand mystère… (N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez une idée)

Donc nous avons… Claquetou en carte française dans sa variante red pack. Point important, le format de la carte est plus petit que les autres, il rejoint les petits blisters des mini shooter, les traptou et les mini englueurs.
On peut voir que le proton pack est plus gros que celui des chasseurs de la série 1. Il a une meilleure finition, que ce soit pour le pack ou le canon. En bon chasseur de fantôme, Bouftou porte le brassard avec le logo sur le bras gauche. On peut dire qu’il est le jouet le plus fidèle tant au niveau de la sculpture, de l’animation faciale et de son engagement au sein des Ghostbusters avec cet accessoire. A part sa traduction française, le reste est une vraie réussite.

Slimer proton pack version française

Slimer proton pack version française

Slimer proton pack version française cardback

Slimer proton pack version française cardback

 

Pour les autres versions européennes, nous n’avons qu’un visuel de la version anglaise, mais il y a une version allemande et une italienne.

Slimer proton pack version anglaise

Slimer proton pack version anglaise

 

La version américaine reste sur sa continuité. Le nom Green Ghost est conservé, il est juste à coté du logo et non sous l’artwork cette fois-ci. On retrouve le texte indiquant que c’est Slimer de la série apparaît plus discrètement sous le dessin (au bout de 3 ans, les fans doivent avoir compris…). Petit détail marrant sur les visuels ci-dessous, les proton-packs sont à l’envers sous la bulle, un petit défaut de packaging que l’on peut retrouver à travers les différentes versions.

Slimer proton pack versions américaines

Slimer proton pack versions américaines

 

Les blisters canadiens comme toujours, reprennent la carte US avec la traduction française en jumelage. « Fantôme vert avec bloc proton » ! « Les vrais casseurs de fantômes ! » Le charme des jouets canadiens…

Slimer proton pack versions canadiennes

Slimer proton pack versions canadiennes

 

Pour conclure, Bouftou est le symbole de cette licence, car il a su conquérir le cœur des spectateurs. Il est le premier fantôme capturé, il est la dernière chose que l’on voit à la fin du premier film. Ces apparitions comiques dans le deuxième volet le rendent attachant, avec en parallèle la série animée qui lui donne ce statut de mascotte. Ce gros tas d’ectoplasme vert est simple dans le design mais riche dans sa globalité.
Les différents visuels sont assez difficiles à trouver, veuillez nous excuser pour la qualité de certaines images !
Cet Instant Vintage est à présent terminé, nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour explorer encore les souvenirs de votre enfance !

Tags: , , ,

6 Responses à " Instant Vintage Bouftou The Real Ghostbusters "

  1. Fansolo dit :

    Focus hyper complet sur ce « green casper » : bravo et merci Jouk !

    • Jouck dit :

      Merci pour le com :)

      J’aurais voulu qu’il le soit encore plus… Mais trouver des visuels de Slimer c’est une galère… Déjà des visuels propres c’est difficile. Mais au moins on a une bonne idée général de la chose! 😉

  2. guillaume dit :

    on est gâtés sur ce long weekend, plein de super articles!! merci et un grand bravo pour ce super dossier :) les photos sont excellentes, des tas de variantes que je n’avais jamais vues. c’est marrant comme les blisters français ont abandonné toute cohérence avec les supports originaux pour le nom du « Green Ghost », je suppose que les contrôles et le marketing n’étaient pas aussi stricts qu’aujourd’hui et que la liberté créatrice fonctionnait à plein tube…ces traductions fantasques me rappellent les doublages de nos dessins animés d’enfance ^^ (si quelqu’un se souvient de la VF de Ken le survivant…)

    • Jouck dit :

      Merci Guillaume :)
      Perso Bouftou j’aime bien, mais j’aurais voulu retrouver ce même nom sur les 3 jouets lol. Mais bon, il faut bien que les Français montre la richesse de leur langue… Comme tu dis, au final on y perd en cohérence….
      Moi ce qui me choqué le plus dans le doublage, ce sont les prénoms des persos qui sont francisés… Ou encore Lucille amour et Rock’N Roll, tout le truc se passe à « Paris » sauf à la fin ou on switch sur japon car la mère est en France « loin » MDR

    • guillaume dit :

      ^^ la « patte » de l’époque, l’exigence à la française, quoi! Mais ça a contribué au charme qu’on gardé toutes ces séries et tous ces jouets :) (MDR pour Lucille amour et Rock’Nroll, je ne me souvenais du coup de la mère ^^)

    • Jouck dit :

      Le pire c’était quand même les changement de voix entre les épisodes, dans Saint Seiya, Shun ou Mu qui pouvait passer de la voix Féminine (Oui les doubleurs, faut se documenter sur le sexe des personnages!) à la voix super grave… Ou encore Ikki et sa voix à 15 ans, le gamin tourne au bourbon et à la Gitane Maïs depuis sa naissance c’est pas possible MDR!



































Copyright © 2011-2017 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.