Star Wars Model Kit : Review C-3PO Protocol Droid

Suite des reviews des maquettes Bandai au 1/12 pour la licence Star Wars avec C-3PO. Le Protocol Droid le plus célèbre dans deux galaxies dont l’une est lointaine, bien lointaine, est le quatrième set après Darth Vader, le Stormtrooper et le double set R2-D2/R5-D4.

C’est la deuxième figurine 6″ de 3PO à sortir cette année. La première, signée Kaiyodo pour sa gamme Revoltech avait été chroniquée au mois de mars dans nos colonnes.

Packaging

La boîte reprend les codes de la gamme. Une belle photo du film pour le haut de la boîte, et des représentations du produit fini (et sévèrement weatheré, nous y reviendrons) pour les côtés.

bandai model kit star wars C3PO 1

Notez que 3PO est représenté sur un côté avec nos comparse astromech, R2-D2.

Contenu de la boîte

Des grappes à foison : une avec les éléments noirs, rouges et transparents, deux autres d’éléments doré et une dernière avec les parties argentées. Le chromage vac metal est réalisé une fois la grappe produite, des cales semblent avoir été montées sur le cadre pour en permettre le séchage.

bandai model kit star wars C3PO 4

Deux planches identiques de stickers et de décalcomanies figurent aussi dans la boîte avec la notice désormais classique.

Montage du model kit

Le montage n’est pas sorcier. Tout s’emboîte plutôt facilement, même si les boulons qui dépassent du cou mériteraient presque un point de colle tant ils sont pénibles à fixer. C’est même recommandé si vous ne voulez pas les perdre à chaque change d’œil ou de visage de Bouton d’or.

Le problème principal en fait vient de la technique de chromage : en choisissant d’enduire les grappes entières, Bandai vise la perfection, mais une petite erreur de découpe des pièces exposera le plastique sous le chrome et là pas question de réparer en ponçant !

La plaquette d’articulations en plastique souple est moins sollicitée que d’habitude.  Il restera donc plein de pièces de rechanges pour vos customs à venir.

bandai model kit star wars C3PO 42

D’autres pièces sont en trop de manière assez curieuse : deux caches chromés pour l’arrière des genoux et une antenne du sommet du crâne. Elles existent en effet en double mais sous des formes différentes. Les genoux peuvent être simulés par des pièces noires ou vac met et l’antenne par une pièce vac met ou en plastique souple doré. Les genoux étant cachés sous un sticker ou repeints, j’ai opté pour les noirs, l’antenne étant bien en vue sur le crâne de 3PO, j’ai préféré choisir la plus esthétique. Sans être sûr de vraiment comprendre ce que ceux trois pièces faisaient là.

bandai model kit star wars C3PO 35

Finitions

Comme d’habitude avec les model kits Bandai, on est confronté au choix entre des stickers et des décalcomanies. Il est également possible de choisir de peindre les éléments. C’est d’ailleurs ce que certains collectionneurs préfèrent. J’opte en général pour un mélange stickers + peinture. Attention sur les mains, les stickers ont tendance à mal tenir. De plus avec un début d’expérience, je remarque que le temps n’est pas sans conséquence pour la colle et j’envisage désormais de m’astreindre le plus possible à peindre les futurs kits.

Pour ce set, les planches de stickers et décalcomanies sont peu fournies. L’essentiel du décor provient en effet du traitement vac metal de l’armure.

bandai model kit star wars C3PO 38

Les stickers que j’ai utilisés sont ceux ceux qui figurent les yeux, les câbles sur l’abdomen (quatre pièces en plastique, rouge et dorés servent ici à donner du relief) et les articulations derrière les genoux.

Le résultat sur l’abdomen est correct dans l’esprit du costume original.

bandai model kit star wars C3PO 12

J’ai peint les accessoires (œil pendouillant, comlinks et boulon d’entrave) ainsi que ce que dissimule le panneau amovible dans le dos de 3PO.

 

Premières impressions

bandai model kit star wars C3PO 14

 

Ce C-3PO n’est pas sans défaut, mais l’effet magique de la peinture chromée et dorée lui donne une longueur d’avance sur ses concurrents existants ou à venir. On retrouve ce qui a fait le succès de figurines comme Destro (G.I. Joe) Z-6PO chez les enfants des années 70-80. Un côté précieux, adjectif dont le double-sens convient particulièrement au droïde de protocole.

Dans l’Episode IV, la jambe droite (et non la cuisse) et le pied C-3PO sont de couleur argent, alors que dans la version Episode V, le pied droit devient doré (comme à la fin de l’Episode III soit dit en passant).

bandai model kit star wars C3PO 15

Bandai a donc choisi de représenter 3PO comme on le voit dans le film de 1977. Une représentation plus originale qui constitue déjà une première différence avec le modèle Revoltech. Différences que nous développerons plus bas.

 

bandai model kit star wars C3PO 50

C-3PO possède plusieurs parties interchangeables : les yeux, le visage (avec ou sans trace de coup), les bras (avec ou sans articulation), les mains (avec ou sans picot pour tenir l’un des commlinks) et le torse.

 

La modification des yeux ou du visage est assez simple. La partie avant du crâne s’ôte pour dévoiler la plaque où se fixent les différents éléments. Attention à ces maudits boulons dorés dans le cou ! Ils s’apparentent presque à une malédiction pour cette figurine car leur taille semble disproportionnée par rapport au cou au point que certains commentateurs les ont comparés aux boulons de la créature de Frankenstein.

bandai model kit star wars C3PO 39 bandai model kit star wars C3PO 24 bandai model kit star wars C3PO 26

L’effet œil pendant est assez sympa, il demande un léger travail de peinture cependant.

Le torse aussi est interchangeable et permet d’exposer C-3PO avec un boulon d’entrave.

bandai model kit star wars C3PO 6 bandai model kit star wars C3PO 39

Notez que les deux bitounious au niveau du cou du droïde sont à replacer sur le torse que vous choisissez ce qui est un peu pénible. On conçoit aisément que le traitement métallisé impose de dissocier les éléments en surplomb, mais il n’aurait certainement pas coûté beaucoup plus cher d’en mettre deux jeux sur la grappe !

Autres éléments amovibles, les bras dont  deux jeux sont fournis avec ou sans articulation des coudes. Les épaules sont peu mobiles du fait de l’armure de métal.

 

Comparaison avec le C-3PO Revoltech

 

Outre la version du film trahie par le pied droit de 3PO, les deux figurines divergent par la taille (la version Bandai semble plus à l’échelle que la Revoltech) et par la peinture ; Bandai ayant opté pour le vac metal, un luxe négligé par Kaiyodo. Il se trouve que la finition choisie pour le Revo 3PO n’est pas si mal, elle permet peut-êre un aspect vieilli pas trop éloigné du ressenti du premier film. Au final, peut-être trop brillant pour être honnête et fidèle au premier film, le Bandai mériterait grandement un travail patient de peinture pour lui donner le cachet que certains collectionneurs recherchent.

La Revoltech est mieux articulée, mais certains détails sont passés à la trappe, notamment sur le casque. Les accessoires de 3PO (main, tête, oeil), sont plus intéressants chez Bandai. Le comlink semble en effet plus coller à l’action qu’a pu rencontrer le personnage dans au moins un film, à la différence du surprenant Mouse Droid choisi par Kaiyodo.

 

 

 

 

 

Tags: , , , ,

2 Responses à " Star Wars Model Kit : Review C-3PO Protocol Droid "

  1. Fansolo dit :

    Superbe review, Blaster ! Magnifique figurine. J’espère que tu ne passes pas trop de temps dessus en ce moment, hein ?
    Sinon pour les différences de couleur derrière les genoux, il me semble qu’il y a des différences dans les films ce qui pourrait expliquer le surnombre, mais il faudrait vérifier

  2. guillaume dit :

    excellente cette review, merci beaucoup!! perso j’adore ce chromé étincelant tout droit sorti d’un « pimp my droïd »!!
    bravo pour le travail effectué dessus, tes détails peints sont super propres!!



































Copyright © 2011-2017 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.