Star Wars le Réveil de la Force DVD/Blu-Ray : analyse de bonus

dvd

MISE A JOUR : on apprend que le blu-ray serait interactif avec le BB-8 de Sphero ! La sortie du coffret est imminente : il sera probablement disponible sur le PCE ! Par ailleurs, de jolis présentoirs en forme de chasseur TIE ornent certains rayons mais nous n’avons pas eu l’autorisation de les photographier et ne pouvons vous les montrer.

Disney France ayant eu la gentillesse de nous présenter, il y a quelques semaines, le disque bonus en avant-première, il nous semblait utile de vous en parler dès à présent afin de vous permettre un achat éclairé le 16 avril prochain. Dans une salle de projection, un menu fixe nous invite au voyage avec quelques documentaires du disque bonus. Précision importante : le making of et les documentaires sont 100% version originale sous-titrée français. Pas de voix-off ni aucun doublage dans ce qui nous a été présenté.

STAR WARS: THE FORCE AWAKENS

Disons-le d’emblée : les scènes coupées ne nous ont pas été montrées, elles sont encore sous embargo…  Petite déception mais le programme n’en était pas moins alléchant : making of d’1h10 de Laurent Bouzereau (intitulé : les secrets du Réveil de la Force) et traditionnel lot de « featurettes » zoomant sur certains aspects de la production, assez consistantes (à l’exception d’une, très courte, sur le parrainage d’associations caritatives). Voici le détail de ces mini-documentaires : la séance de lecture du scénario, un focus sur BB-8, les créatures, le duel sur Jakku, la musique de John Williams, le travail d’ILM et une promo pour « Force for Change« , initiative caritative autour du tournage du film.

starwars-episode-7-

Le gros morceau du disque bonus est donc ce long documentaire réalisé par le français Laurent Bouzereau, toujours aussi talentueux et précis quoique assez convenu et conventionnel dans son approche : 4 chapitres allant de la pré-prod à la post-prod en passant par deux périodes de tournage distinctes (extérieur à Abu Dhabi puis studios de Pinewood en Angleterre). A l’intérieur de ce sommaire toutefois, des moments assez rares d’émotion et de fibre nostalgique émaillent des séquences parfois inégales : les retrouvailles des « vieux » acteurs et beaucoup de références aux anciens films. D’ailleurs, d’innombrables extraits du making of de 1977 (pas des autres films) émaillent le documentaire. On voit même quelques scènes peu connues comme un moment « bêtisier » où Ford provoque l’hilarité générale en proposant de faire atterrir le Faucon dans un supermarché !

Nous n’allons pas vous dévoiler tout ici mais sachez seulement que JJ Abrams est omniprésent dans le film (normal) ainsi que Kathleen Kennedy (moins normal). Celle-ci intervient régulièrement pour jalonner le documentaire de propos apaisants, bienveillants et rassurants. elle vient parfois souligner de manière un peu caricaturale et redondante que telle scène est chargée d’émotion, ce qui, à la longue, a un petit côté cucul-lourdingue, très « esprit Disney » qu’elle semble avoir parfaitement intégré ! Star Wars est donc un monde merveilleux où tout le monde est ému et heureux, content de travailler ensemble : même ce ronchon de Lucas (qu’on voit, un peu, au début). Il faut rendre hommage à tout le monde, tout le temps : standing ovation pour Ford, pour les créatures, pour Williams, pour la machine à café (non, quand même pas…). Une façon de réécrire l’histoire façon bisounours qui est un peu contestable…

En contrepartie, le documentaire reste à 100% concentré sur le tournage du film et rien que lui : pas de digression sur le monde merveilleux de Disney ou le business des produits dérivés. Tout juste resitue-t-il brièvement le contexte de la vente de Lucasfilm à Disney avec la scène de la signature et un court commentaire de George Lucas (« beaucoup de gens me disaient que Star Wars c’était proche de l’univers de Disney alors… »)

STAR WARS: THE FORCE AWAKENS

Bouzereau ne cache cependant pas des aspects moins lisses de la superproduction. Sans insister trop, par contraste, Il afut parfois les deviner « en creux » dans le film : le stress réel d’Abrams, sur les épaules duquel repose une pression immense et palpable, celui de Carrie Fisher, angoissée à l’idée de reprendre son rôle à 37 ans d’écart (on voit d’ailleurs à certaines séquences où elle a sa natte sur l’épaule qu’elle a retourné plusieurs fois ses scènes), le handicap de Peter Mayhew… Et puis surtout cette omniprésente culture du secret, la crainte des fuites et la débauche de moyens pour assurer un maximum de confidentialité : les dialogues imprimés sur des pages rouges (difficilement photocopiables), les clauses contractuelles des acteurs y compris envers leur  propre famille, la précision qui nous est souvent donnée que des scènes sont tournées en équipe très restreinte (la mort d’un personnage, la fin du film…). Mise en abîme : Disney nous a même montré tout ce DVD avec une énorme mention barrant l’image « Property of lucasfilm – Do not duplicate PR # 2131B » (cette dernière indication devant servir à identifier la projection en cas d’éventuelles fuites) après nous avoir fait signer un engagement à ne rien révéler…

C’est simple, Bouzereau s’amuse de ce réflexe des acteurs briefés en permanence à la culture du « ne rien dire » dès l’introduction même de son film ! Ce contraste entre le ton convivial de Kennedy (qui ferait presque passer Star Wars pour un petit film convivial) et la débauche de moyens pour que rien ne fuite, dignes des services secrets de la NSA et du FBI réunis, est saisissant. Il fait toute la richesse de ce documentaire.

N’attendez pas d’étonnantes révélations sur le futur de la saga : ce dernier point est, en tout logique, sous embargo total à ce stade. Malgré tout, on ne pourra s’empêcher de piocher dans le propos d’un Hamill ou d’un Serkis quelques phrases ouvrant comme autant de pistes à venir…

Et pour finir, il y a, dans ce making of, ces notes d’humour, par petites touches, comme autant de respirations faisant retomber la pression. Vous ne pourrez retenir un fou rire en voyant ce technicien habillé en vert de la tête aux pieds, façon Cetelem, courir comme un fou en poussant sur le sable une tondeuse à gazon, pardon, une marionnette de BB-8 (oui, j’ai bien dit une marionnette !), une version dynamique de l’animation de C-3PO dans l’Episode I en quelque sorte. Mais c’est surtout Harrison Ford qui va vous révéler une anecdote irrésistiblement drôle sur le pilotage du Faucon à presque 40 ans d’écart. On ne vous dit rien car cette seule révélation vaut l’achat des galettes !

Quelques mots pour finir des mini-documentaires plus focalisés sur tel ou tel thème :

  • LE REVEIL DE L’HISTOIRE : LA LECTURE DU SCENARIO, on se questionnait tous sur la photo multidiffusée réunissant tout le casting : mais quelles lignes de scénario pouvait donc avoir à lire Mark Hamill ? Réponse toute simple dans ce doc où l’émotion est à la fois palpable et forcée, voire calculée.
  • LA CREATION DE BB-8, ce documentaire ne dévoile pas non plus tout les secrets du personnage. Mais on rit de bon coeur sur deux ou trois « trucs » !

 

  • LES CREATURES DU FILM, de belles images et un documentaire réellement intéressant sur la fabrique des monstres. On est à la fois proche et loin des techniques utilisées sur le Jedi en 1983.

 

  • LES SECRETS DU DUEL FINAL, ce documentaire révèle non seulement que la forêt est un décor intégral, que la neige est 100% factice et que les sabres s’allument vraiment. Déconcertant car à l’écran on ne se rendait pas compte de tout et, en revoyant le film, on ne pense plus qu’à ça…

 

  • JOHN WILLIAMS : LA SEPTIEME SYMPHONIE, forcément chargé en émotion, focus inévitable sur le travail de Williams avec la sempiternelle note « pourvou qué ça dourre » vu l’âge avancé du capitaine… Ses propos sur ce qu’il a voulu faire passer dans le dernier morceau (Rey rencontre Luke) sont vraiment passionnants !

 

  • ILM : LA MAGIE VISUELLE DE LA FORCE, traditionnel jeu du avant/après ou avec/sans effets spéciaux numériques comprenant une nécessaire autocongratulation du travail sur ordinateur façon « ce n’est pas parce qu’on a dit qu’on revenait au tournage à l’ancienne qu’il n’y a pas de numérique : et il est ‘hach’ment bien fait les gars ! La preuve : on ne le voit pas ! C’est pour ca qu’on vous le montre : logique, non ? » Vous suivez ?

 

  • FORCE FOR CHANGE, parce que Star Wars ce n’est pas (ou plus) que des sous-sous dans la popoche : on fait dans l’humanitaire et le caritatif donc tout va bien ! La bonne conscience du DVD ? On n’est pas obligé d’adhérer même si la démarche semble sincère. C’est toujours mieux qu’une énième bande-annonce pour un jeu vidéo… Tiens, il n’est pas impossible que le support contienne un bonus caché autour de Daniel Craig… Vous essaierez de taper « 007 » ou « 1138 » un peu partout avec votre télécommande et vous nous direz 😉

Conclusion : un achat forcément hautement recommandé pour tous les fans inconditionnels du film qui découvriront pendant 2 bonnes heures de quoi discuter sur les « résosocio ». Les fans les plus anciens espéreront eux, à la vision des scènes des anciens making of, qu’une telle sortie puisse s’accompagner très vite d’un coffret de la trilogie originale non retouchée… Un nouvel espoir, en quelque sorte !

Ci-dessous : une belle coquille vue à la FNAC : « Le Réveil de MA Force ». Chacun peut imaginer ce titre réinventé comme il l’entend… Surtout de bon matin !

le reveil de MA force

11 Responses à " Star Wars le Réveil de la Force DVD/Blu-Ray : analyse de bonus "

  1. sebastator dit :

    merci beaucoup pour cette analyse !
    Et oui, les sentiments un peu dégoulinants des ricains font un peu trop commerciaux… Et star wars ne fait pas exception à la règle…
    Hâte quand même de me procurer le bluray.

    Et quel est le nom du vendeur ayant réalisé l’affiche de la Fnac : Dark Molle ?

  2. Seb ulba dit :

    Quel article Fansolo !
    Merci pour cette analyse brillante et alléchante qui me donne TRÈS envie d’acheter le blu-ray. Petite question : le making of est-il en vost ou traduit en vf ?

    Mdr « Dark Molle » et le Réveil de ma Force

    • Fansolo dit :

      Merci. Question importante en effet : le making of et les documentaires sont 100% version originale sous-titrée français. Pas de voix-off ni aucun doublage dans les versions que nous avons pu visionner. Je vais ajouter cette précision dans le corps du texte 😉

  3. Greg dit :

    Très bel article ! Ça donne envie de voir cela ! Vivement le 16 avril

  4. Matsu dit :

    Merci pour cet avant gout des bonus 😉
    Reste plus qu’à choisir la version du Blu-Ray.
    En ce qui concerne la trilogie originale non retouchée (massacrée?) j’en rêve mais j’ai vraiment très peu d’espoir…

  5. Ludosith dit :

    DVD ou Blu-Ray ça change rien pour moi et le plaisir sera le même en famille..vivement 😉

  6. guillaume dit :

    merci pour cette super analyse!! Bluray steelbook réservé pour ma part (car apparemment celui-ci aurait un disque bonus supplémentaire), j’attends avec impatience de dévorer ces bonus :)

  7. guillaume dit :

    De passage à Auchan ce matin, ils ont déjà rempli un espace à l’entrée, rempli de proders et jouets, jeux vidéo et coffrets dvd/Blu-ray , pour accueillir la grosse sortie demain :) marrant car même avant que le film ne soit sorti, ça repart, les gens remplissaient les paniers avec quelques articles, j’adore cette effervescence!!

  8. Fansolo dit :

    On trouvait les boitiers largement dès ce soir. Mon septième visionnage du film s’est fait devant ma télé 😉

  9. sebastator dit :

    Ca y est : vu !
    Toujours un plaisir de revoir ce volet de la saga.
    Niveau bonus, les scènes coupés étaient prometteuses sur le papier mais évidement moins abouties en effets spéciaux… Un peu déçu du coup…



































Copyright © 2011-2017 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.