­

L’Instant Vintage : Héros, tricots et compagnie (1984)

Aujourd’hui, dans  l’Instant Vintage, nous vous invitons à retrouver les Héros de notre Enfance dans un produit dérivé original : le tricot. En effet, dans les années 80, la grande marque de laine PHILDAR a bien compris l’intérêt d’utiliser des personnages de dessins animés et bandes dessinées dans ses catalogues.

.

PHILDAR01

.

La Rédaction est tombée sur le catalogue de la rentrée 1984 spécial Bande Dessinée qui met en avant les Schtroumpfs, la Panthère Rose, le Village des les Nuages, Yakari, Captain America et Lucky Luke. PHILDAR Mailles – enfants invite donc  à tricoter la B.D. et à porter ses personnages préférées tout l’hiver sur des pulls colorés et attrayants. On imagine bien sûr, qu’à la vue des modèles, un enfant ne pouvait qu’espérer qu’un membre de la famille en confectionne un pour lui.

.

.

.

PHILDAR03

PHILDAR04

PHILDAR06

PHILDAR07

PHILDAR09

PHILDAR10

PHILDAR11

PHILDAR12

.

Pour les plus chanceux qui ont eu le bonheur d’avoir une mère ou une grand-mère un peu douée en tricotage, nul doute que cette rentrée 1984 a dû être riche en pulls faits main ! A l’intérieur, chaque double page présentait le modèle tricoté avec sa grille tout en couleur. Un cahier central récapitulait les explications et les fournitures nécessaires en fonction des tailles pour la réalisation, ainsi que les patrons détachables.

.

PHILDAR15

PHILDAR16 PHILDAR16B PHILDAR17

.

Par la suite, les catalogues PHILDAR ont présentés d’autres personnages de dessins animés pour arriver dans les années 90 avec de nombreux modèles Disney : le Roi Lion, les 101 Dalmatiens, Mickey et autres héros.  Nous espérons que la vision de ces jolis modèles tricotés vous aura rappelé vos propres pulls tricotés d’enfance. N’hésitez pas à partager souvenirs et photos en laissant un commentaire à la fin de cet Instant Vintage !

.

 

.

L’occasion après ce petit flashback « modes et travaux » de revenir sur quelques visuels de catalogues de cette première moitié des années 80 où l’on retrouve les mêmes héros dans les pages jouets. Déclinés en peluches, jouets ou figurines, les Schtroumpfs, Lucky Luke, les Zabars et la Panthère Rose sont incontournables à cette époque. On retrouve Captain America dans les Guerres Secrètes en 1985 chez Mattel.

Nous avons également récolté quelques histoires d’enfance de cette époque auprès de nos lecteurs qui se rappellent avec nostalgie de ces jouets et nous ont livrés quelques mémoires sur ces personnages qui ont marqué leurs jeunes années.

.

.

Lucky Luke, la Panthère Rose et Yakari

 

Sébastien alias Obione« J’ai eu une figurine articulée de Lucky Luke (javais adoré l’adaptation de Daisy Town en dessin animé) avec le bras qui fonctionnait tout seul. C’était un cadeau de ma sœur pour mon anniversaire, avec j’ai eu un bendable Joly Jumper et pour ce même anniversaire, j’ai eu une poupée articulée Zorro d’Orli Jouet (que de souvenirs cette poupée). Plus tard, dans cette même série, j’ai eu Rantanplan. Jolly Jumper avait deux rôles dans mon imaginaire il devenait aussi, selon mes jeux, Tornado. »


Marie-Laure alias Jemgirl31 : « Moi j’ai eu une figurine de la Panthère Rose avec un petit coeur rouge (elle devait mesurer environ 8 centimètres de hauteur) mais je ne l’ai plus… Il y avait une inscription sur le coeur mais je ne me souviens plus si c’était I love you ou I miss you. En tous cas, ça ressemblait à une figurine qu’on pourrait offrir à la St Valentin ! »

.

.

Popples : « Je me souviens que je regardais Yakari avec ma soeur et ma mère (quand elle ne travaillait pas sinon on ne pouvait pas le regarder). Un jour avec ma soeur, on a eu chacune un livre-disque de Yakari, un jaune et un bleu. Ainsi, on n’était pas obligées d’attendre qu’il passe à la TV pour avoir une histoire. J’aimais beaucoup quand mon père le mettait sur le tourne-disque et que nous pouvions l’écouter tout en regardant le livre. Avec l’adolescence, j’ai arrêté de le regarder ou alors il n’a plus était diffusé. Là, ma mémoire me fait un peu défaut. Et puis bien plus tard, disons une bonne dizaine d’année après je suis tombé par hasard dessus en zappant sur les chaînes de TV et me revoilà petite fille en train de le regarder avec ma mère. Du coup le lendemain comme ma mère mangeait avec moi, je lui dit à l’heure de Yakari :  « Tiens on va regarder quelque chose » et hop je met Yakari. Nous étions ravies. J’espère un jour moi aussi pouvoir partager de tels moments et faire découvrir ce magnifique dessin animé. »

 

.

.

Le Village dans les Nuages

.

 

.

Nathalie Nhtpirate : « Tous ces héros me parlent ou presque !

Tout d’abord, la Panthère Rose… Avec ma sœur, nous venions d’être opérées des amygdales. A la clinique, pour nous occuper, on nous avait acheté quelques petits objets de papeterie dont un bloc la Panthère Rose. C’était un bloc-notes adorable où la tête de la Panthère Rose était une pince qui retenait le papier. Je me souviens que la pince était vraiment très dure à tenir ouverte pour nos petites mains d’enfant de quatre ans.

souvenirs (2)

Ensuite les Schtroumpfs et Lucky Luke… Passés les faux Schtroumpfs en peluche que notre famille nous gagnait à la foire quand nous étions très petites, nous avons eu un grand nombre de figurines PVC dont beaucoup de Schtroumpfs et de Lucky Luke. Nous avions une table ronde dans le salon sur laquelle nous passions beaucoup de temps à jouer.  Nous nous amusions à disposer toutes nos figurines PVC tout le tour de la table pour faire une immense ronde. Dans ces figurines, il y avait également Blanche-Neige mais pas de Prince Charmant… souvenirs (1)Du coup, c’est souvent Lucky Luke qui servait de prince à la princesse ou parfois Zorro car c’était les deux seules figurines qui avaient un cheval. Pour les Schtroumpfs, je me souviens aussi en avoir eu le Schtroumpf qui jouait de la trompette dans les tirettes de la foire d’où sortait les petites boîtes « plaisir d’offrir » ou « joie de recevoir ».

Les Schtroumpfs… J’ai eu le tipi également qui en plein été sur la pelouse au soleil était vraiment un four ! On ne tenait pas dedans sauf le chat de la famille qui appréciait de « cuire » à l’intérieur quand la place était libre. Enfant, j’ai eu également des peluches à pinces, des livres et deux albums Panini : Les Schtroumpfs et La Parade des Schtroumpfs. C’est vraiment une gamme qui a marqué mon enfance.

Les Zabars… Je les regardais à la télévision chez ma grand-mère. Je n’ai pas eu de jouets mais des produits dérivés : la timbale en mélamine, la taie d’oreiller et le drap plat et… le canevas Phildar (justement !). Ce canevas a été fait par ma mère et monté en petit coussin. Le drap, il fallait me l’installer à l’envers et je n’en démordais pas pour que les Zabars me regardent dormir et qu’ils n’aient pas la tête tournée vers le pied du lit ! »

.

.

.

Les Guerres Secrètes

 

Seb alias Obione : « J’avais Magnéto et Spiderman. Autant je ne garde pas de souvenir de Magnéto, autant mon Spiderman, je l’adorais ! Je le transportais partout ! et malheureusement un jour, en vacances à la campagne chez ma soeur, il est tombé de ma poche…le drame ! La preuve cela m’as marqué. Un jour, il faudra que je retrouve un Spiderman… »

 

.

Pascal alias KissFan : « Mes figurines Marvel Guerres Secrètes (Serval et l’Homme-Araignée): mastiquées généreusement par mon épagneul breton!! Mes parents m’en avaient donc offert d’autres pour compenser le « drame »: dans les rayons, j’avais choisi à nouveau l‘Homme-Araignée, mais pas Serval car finalement je trouvais que ces griffes faisaient trop « armes rapportées » contrairement à la BD où elles lui sortaient directement des mains. J’avais donc reçu également le Dr Fatalis (elle était super cette figurine là, meilleure qualité de peinture qui ne s’estompait pas avec les manipulations contrairement à plusieurs autres) et une figurine supplémentaire (et là, j’avais remercié mon chien): Electro ! »

.

Pascal alias KissFan : « Les années 80 : mes lectures les plus fidèles sont partagées entre les Livres dont vous êtes le héros, les aventures de Donald, Picsou & compagnie, et les périodiques Lug et Arédit mettant en scène pléthore de super-héros colorés. Alors naturellement, quand apparaît la gamme Marvel Guerres Secrètes dans les rayons jouets (je la découvre aux Nouvelles Galeries de Rennes), je suis fasciné par les incarnations plastiques de tant de surhommes costumés. Je connais plusieurs d’entre eux de façon évasive (Baron Zemo, Kang le Maître du temps, …) alors que d’autres possèdent une identité visuelle forte, même sans avoir lu la moindre de leur aventure, leur présence sur une couverture ayant suffi à marquer mon esprit.

Magneto est de ceux-là. Je découvre le personnage dans Marvel Fanfare n°2, la deuxième de couverture offrant une publicité pour diverses publications Arédit dont le numéro des Vengeurs s’intitulant « La venue de Magneto ». Le personnage s’y tient de façon imposante, ses ennemis à ses pieds, vaincus ! J’aurai l’immense plaisir de le voir à l’œuvre dans la publication de Spidey intitulée « Guerres secrètes » dont le titre coïncide avec la gamme de jouets de Mattel.

Le personnage se présente comme un Homo Superior, estimant sa cause juste ! Il est dépeint avec un égo surdimensionné justifié par son immense pouvoir dont il offre quelques démonstrations cinglantes en balayant la Torche Humaine, Iron Man, ou encore la Guêpe qui malgré tout, quelques cases plus tard, s’amourachera d’un Magneto offrant un visage plus humain le temps d’une séquence.

Magneto sera la dernière figurine « Guerres secrètes » de mon enfance. Personnage complexe dans le comics, il sera décliné dans une ligne de jouets trop manichéenne pour lui rendre honneur. Mais à l’âge de 7 ou 8 ans, c’est un aspect des choses qui ne présente pas d’intérêt. La ligne de jouets Marvel Guerres Secrètes fait fi de toute considération sur la cause des Mutants ou leur place dans la société. Ici, ce sont les super-héros qui affrontent les super-vilains dans un fatras explosif de super-pouvoirs. Et si les enfants émettaient quelques doutes sur l’appartenance des figurines à un groupe ou l’autre, des boucliers secrets aux images holographiques sont là pour leur faciliter le repérage grâce à un code couleur et formel : rouge et rond pour les héros, gris et carré pour les méchants.

De l’alliance de Magnéto aux X-Men de Charles Xavier dans le récit, Mattel se fiche, et offre à notre Magnéto un bouclier de Super-vilain comme pour bien rappeler tous les déboires qu’il a causés dans un passé récent.  Magnéto, c’est la classe, le charisme à l’état pur d’un leader aux méthodes contestables (jusqu’à la fin il hésitera à faire triompher le Dr Fatalis pour aspirer à un nouvel âge d’or pour les mutants). Cette classe là, elle passe indéniablement par la cape du personnage. Alors, déception parce que Mattel ne commercialisera pas sa figurine avec cette cape ample et rouge qui le caractérise.

kissfan

Par le passé, j’avais assisté à quelques déconvenues avec mes figurines Marvel Guerres Secrètes qui ont toutes rendues l’âme non pas à cause de manipulations trop brutales, mais à cause de mon épagneul breton qui en avait bouloté deux, et également et surtout à cause du côté cheap de la production de Mattel, à savoir une qualité d’assemblage légère (quel enfant peut se targuer d’avoir jouer avec sa figurine du Dr Octopus sans assister à la rupture d’un seul tentacule) et de la peinture (quel enfant peut se vanter d’avoir jouer avec sa figurine Spiderman sans assister à la disparition rapide de la peinture noire dessinant la toile sur son costume).

Alors, à l’occasion d’une journée estivale dans le village morbihannais de Penvins où je passais mes vacances, mes parents acceptaient de m’offrir une figurine Marvel Guerres Secrètes en vente dans le petit rayon jouets du supermarché. Le choix était cornélien. A ma gauche, Magneto, personnage mémorable clairement identifié dans mes lectures de Spidey (à noter que l’album relié n° 25 avait également été acheté à Penvins sous forme d’offre avec l’album relié Strange n°65, mais cette fois à la presse du village). A ma droite, Constrictor, personnage inconnu au visuel sympathique, avec son fouet métallisé. Son côté énigmatique, l’association de couleur bleue et orange, et le fouet en guise d’arme, m’attiraient énormément. Pas d’autre choix de figurine !! He oui, je me trouvais dans un supermarché de village.

J’ai choisi la figurine de Magneto ! L’hésitation fut longue mais pour la première fois de ma vie de « consommateur de jouets », le sens pratique avait pris le dessus sur l’attirance visuelle. En effet, les lisérés noirs qui ornaient horizontalement les parties orangées du costume de Constrictor me rappelaient énormément la toile noire dessinée sur le costume de Spiderman et la qualité déplorable de la peinture. Pas question d’assister à une nouvelle déconvenue. Le problème ne se poserait pas avec la figurine de Magneto car l’application de petits carrés noirs ne concernaient que les bottes et les gants, et la figurine pouvait aisément être tenue en la pinçant entre le dos et l’abdomen sans risquer de l’abimer.

L’achat de Magneto me donna raison. Cette figurine a traversé mes années d’enfance sans souffrir de détérioration à l’exception d’une parcelle de peinture sur les gants ! Et surtout elle augura un soin plus élevé apporté à mes jouets. »

 

.

.

Les Schtroumpfs

.

1984 (26)

.

Frédérique alias Phyllis Gabor : « J’avais droit à un Schtroumpf au sortir de soins de chez le dentiste ! Acheté à la droguerie de la Place du Théâtre à Reims. Juste avant de reprendre le bus pour rentrer. Le trajet du retour passait très vite ! Et la douleur du dentiste aussi… »

.

souvenirs (2)Sébastien alias Obione : « J’ai découvert les Schtroumpfs un jour de Pâques ou l’on m’as offert ma première BD, je m’en rappelle comme – ci c’était hier c’était l’œuf et les Schtroumpfs. Puis après comme j’ai adoré, on m’a offert d’autres bande dessinées, puis le dessin animé est arrivé, avec son lot de produit dérivés. Comme le livre disque de Dorothée…l’album Panini….et les fameuses figurines Schleich, j’ai adoré ces figurines et je me souviens particulièrement de deux : Superschtroumpf et sa comète au bout du point, et un autre qui avait un skate en forme de feuille. Je les ai toujours mais plus les accessoires et depuis j’ai toujours ces Schtroumpfs qui égayent mon appartement. »

 

1984 (19)

 

Titou Le Chien : « Moi en voyant tout ces Schtroumpfs, je me souviens que j’allais chez ma tante, sa fille avait une impressionnante collection (vu de mes yeux d’enfants) un énorme village avec des tonnes de figurines, mais j’avais un petit souci de cleptomanie… et je lui avais « emprunté » plusieurs Schtroumpfs que j’aimais bien. »

.

.

Rachel alias Rakiko : « Les figurines Schtroumpfs ! Ma mère m’en achetait de temps en temps dans des librairies et tabagies. En 1985, dans la ville de Québec, secteur Lebourgneuf, il y avait un centre d’achat Place Lebourgneuf, qui maintenant n’existe plus, il a été fermé et démolit vers 2004-2005. souvenirs (1)En 1985, c’était en fin de journée, dans le centre, il y avait un restaurant polynésien avec des lumières tamisés et des parasols au plafond. J’étais avec mes parents et après avoir regardé les menus pour commander, en buvant mon verre d’eau, j’ai avalé un glaçon et je pouvais plus respirer. Ma mère m’a parlé, elle a vu que je m’étouffais. La serveuse qui nous servait, en une fraction de seconde a réagit, elle m’a prise  par les pieds, la tête en bas pour que je recrache la glace. Elle avait déjà sauvé son garçon avec un bonbon. Ce fut un choc pour mes parents cet incident ! Ma mère a décidé d’arrêter à la tabagie du centre, il y avait des livres de Tao-Tao, mais surtout des figurines Schtroumpfs et ce soir là, ma mère en a vu des particuliers , historiques qu’elle n’avait jamais vu et me les a acheter en raison du choc que j’avais eu. Les Schtroumpfs républicains et je les ai encore. »

.

.

.

.

Tags: , ,

6 Responses à " L’Instant Vintage : Héros, tricots et compagnie (1984) "

  1. ayorsaint dit :

    Quel souvenir. J’avais yakari sur petit tonnerre. C’est rare mais vous avez fait ressortir un truc que j’avais oublié complètement. Merci

  2. Fury dit :

    Ca change des thèmes habituels et çà fait du bien de voir autre chose. Encore un grand merci et bravo à Nhtpirate.

  3. siegfried82 dit :

    Je me souviens que ma mère m’avais tricoté un gilet vert avec le logo de MASK au dos et mon prénom devant. Que de souvenirs…

  4. Fansolo dit :

    Nath, c’est juste énorme ce magazine Phildart ! Une magnifique (re)découverte et d’incroyables souvenirs. Un seul mot : merci !

  5. Ludosith dit :

    Vraiment excellente cette rubrique et le détail su Dr Octopus et ses tentacules oulala quel souvenir 😉

  6. guillaume dit :

    gros dossier cette semaine :) vraiment excellent! de même que les collègues, plein de souvenirs qui remontent à la surface (ahh mes Marvel guerres secrètes…que de bons moments!)







































Copyright © 2011-2017 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.