Soirées Star Wars Disneyland Paris – Reportage

Attention : cet article contient quelques descriptifs pouvant constituer des « spoils » dans la mesure où ils dévoilent certaines surprises de spectacles ou d’attractions. Veuillez ne pas continuer la lecture si vous souhaitez préserver votre visite à Disneyland de toutes révélations pouvant gâcher un effet de surprise. Exceptionnellement, cet article est actualisé en temps réel.

IMG_6205

Cette mise en garde préliminaire étant faite, voici le récit chronologique de la soirée Star Wars que nous avons pu passer le vendredi 5 mai 2017 aux deux parcs Disneyland Paris (Disneyland Park de 17h à 20h puis Walt Disney Studio jusqu’à 0h10). Pour celles et ceux qui vivent ce soir la deuxième soirée (avec une météo un peu moins favorable), le programme est sensiblement similaire et les conseils que nous donnons sont valables pour des visites ultérieures des attractions.

ARRIVEE

IMG_6206

Nous avons pu arriver devant le parc historique peu après 17h muni du ticket intitulé « pack hyperespace ». Première surprise : si l’entrée se fait sans problème, il faut d’emblée faire la queue pour se voir attribuer un petit bracelet, comme lors de toute convention « à l’américaine ». La file d’attente est raisonnable mais l’organisation un peu improvisée puisque deux types de tickets existent (Pack Hyperespace et « nuit Star Wars ») et une seule file est prévue. Or, seuls les pack hyperespace peuvent accéder à l’Hyperespace Mountain et obtenir un pin’s exclusif : une « castmember » interpelle donc les visiteurs pour organiser une deuxième file à l’arrache et des gens en profitent pour doubler. Bref, on perd une bonne demi-heure avant d’obtenir le précieux sésame permettant l’accès à la nouvelle attraction Hyperespace Mountain… On en profite toutefois pour admirer les décorations spécifiques au 25ème anniversaire du parc !

IMG_6208

L’HYPERESPACE MOUNTAIN

La voila donc cette fameuse attraction fétiche qu’il nous tarde tant de (re)découvrir. Pour mémoire, les Space Mountain situés aux Etats-Unis ont déjà été adaptés à la saga Star Wars mais il faut se souvenir que le Space Mountain construit en France n’a pas la même configuration que ses alter ego américains : il est le seul à comporter une boucle et des vrilles nécessitant qu’on ait les épaules harnachées. La taille minimum requise pour faire l’attraction est plus élevée. De plus, son lancement via un « canon » dans l’esprit de Jules Verne et sa décoration extérieure colorée (au lieu de blanc) en font une attraction unique au mode. Historiquement, la musique de Space Mountain France se distinguait aussi des sons futuristes composés aux Etats-Unis par Michael Giacchino.

IMG_6211

Première surprise : on est privilégié comme rarement dans les parcs Disney ! AUCUNE ATTENTE ! La joie de pouvoir faire une attraction en VIP sera telle qu’on enchaînera 3 fois de suite les rides (avant de s’apercevoir qu’on n’a plus 20 ans – le parc en a 25, et que les cervicales prennent cher…). Mais revenons à l’attraction : le décor Star Wars extérieur est minimaliste : juste une grande affiche (mitraillée de photos) et l’inscription Hyperespace Mountain un peu partout. On se rend soudain compte que toute cette partie de Discovery Land se transforme peu à peu en Star Wars corner et que le Jules Verne des origines du Parc est retourné dans sa Nantes natale… L’adaptation à l’univers Star Wars ne modifiant bien sûr en rien le parcours, les changements majeurs résident donc essentiellement dans la décoration, l’atmosphère et la musique. On remarque ainsi que l’ouverture du « canon » et son bruit qui rythmait le parc ont disparu mais que toute la décoration ‘a pas été refaite à l’extérieur en mode Star Wars. Il faut dire que Disney reste relativement flou sur son intention ou non de laisser « à vie » Space Mountain en version Hyperespace… Et comme les avis des fans sont partagés sur le sujet…

IMG_6210

Cela nous conduit à vous décrire la décoration intérieure maintenant. Nous avons la confirmation que rien ne semble avoir été fait de manière irréversible côté Star Wars : des tableaux des différents vaisseaux, y compris ceux de Rogue One (bleus pour les rebelles, rouges pour l’Empire – classique ! Ah bah en fait non…) se répartissent dans les couloirs réservés à l’attente. On retrouve cependant l’indication Space Mountain et non pas Hyperespace sur tous les panneaux d’avertissement. Le petit film est nouveau mais sur des panneaux qui nous semblent amovibles.

IMG_6215 IMG_6221 IMG_6222 IMG_6223

Au bout de l’attente, le premier choc ! Le hall destiné a embarquer est garni d’oriflammes splendides ! On se croirait vraiment dans une annexe du temple de Massassi sur Yavin 4 pour fêter la victoire après la bataille finale de l’épisode IV ! Sauf qu’on a pas encore mené la bataille : il faut maintenant faire le ride… Suspens ! C’est là qu’on constate que l’on s’était imaginé –avant– une scénarisation de l’attraction autour du Faucon Millenium, icône s’il en est du passage en hyperespace, alors qu’en fait l’attraction met surtout en avant les combats spatiaux rapprochés au corps-à-corps ! Du coup, il faut plus s’imaginer aux commande d’un X-Wing virevoltant que dans un ersatz du Faucon ou, au hasard, d’un Starspeeder (on y reviendra).

IMG_6212 IMG_6213

Et tandis qu’on reste plongé dans cet abîme de réflexion, voila qu’on nous invite à monter dans le wagonnet… Ce n’est pas sans une certaine appréhension qu’on abaisse le harnais sur nous… Tiens, il a changé : plus épais, on peine à trouver comment serrer les poignées de toutes nos forces… Le stress d’avant départ… Cela fait combien de temps déjà que nous n’étions pas remonté dans le Space, pardon, l’Hyperespace Mountain ? Comme beaucoup de parents, c’est une attraction qu’il nous est de plus difficile de faire désormais car les enfants (et les plus grands) sont souvent réticents à se lancer dans l’aventure. Sa réputation d’être un des roller coaster les plus impressionnants de France est sans doute exagérée mais pas usurpée au regard des hésitations des visiteurs que l’on constate. On trouve même des personnes ayant acheté le ticket spécial Hyperespace ne souhaitant pas faire l’attraction… Un comble quand on sait que la « privatisation » d’une partie du parc, permettant d’éviter de faire (trop) la queue est une chance qui se paye cher.

IMG_6283

Notre wagonnet s’active… C’est parti. Il n’est plus possible de prendre de photos… Rendez vous dans quelques secondes… ou années-lumière…

************************************************************************

WOW ! Comment décrire ça ? Premier constat : ça décoiffe ! oui mais ça c’est l’attraction de tout temps pourrait-on dire… alors Star Wars dans tout ça ? Eh bien à dire vrai, on est moyennent dedans car, comme dans Space Mountain 2, on frôle des écrans à pleine vitesse mais il n’y a pas d’immersion comme il pourrait y avoir dans Star Tours. Le trip, c’est surtout la musique et les lumières : on est plus dans Star Wars par ces effets de vitesse que par les images, finalement peu spectaculaires.

IMG_6282

Il est temps d’aller comparer ce phénomène avec d’autres attractions, pour lesquelles -hormis Star Tours- on n’attendra pas plus de 10 minutes dans la queue. A suivre…

Tags: , ,

1 Response à " Soirées Star Wars Disneyland Paris – Reportage "

  1. Seb ulba dit :

    Merci Fansolo de nous faire vivre cette découverte à chaud.
    On s’y croirait.

    Bouhh snif, quel dommage de n’avoir pu y aller…

Commentaires

Une erreur dans l’article ? Proposez-nous une correction

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite, diffamatoire, injurieux, grossier, produits pirates, liens vers des sites commerciaux) ou à but purement polémique ou de trolling sera supprimé et son auteur sera blacklisté définitivement.





























Copyright © 2011-2017 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.