Previous Article Next Article Du retro vintage pour L'homme qui valait 3 Milliards, Battlestar Galactica et Docteur Who
Posted in Autres jouets Figurines de films et séries News

Du retro vintage pour L'homme qui valait 3 Milliards, Battlestar Galactica et Docteur Who

C'est comme les gens qui s'imaginent qu'ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, mais qui apprennent que ça ne marche pas comme ça. Où qu'on aille, on s'emmène avec soi.
Du retro vintage pour L'homme qui valait 3 Milliards, Battlestar Galactica et Docteur Who Posted on 21 février 2012Leave a comment
C'est comme les gens qui s'imaginent qu'ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, mais qui apprennent que ça ne marche pas comme ça. Où qu'on aille, on s'emmène avec soi.

Les fans des séries de années 70’s vont être aux anges avec l’arrivée d’une nouvelle gamme de jouets et de figurines : Retro Vintage (figurines à l’échelle 8″) par  le fabricant Bif Bang Pow!
Pour me moment 3 séries télévisées des années 70 sont à l’honneur, et quelques doubles packs :

  • Battlestar Galactica (la série d’origine) avec un Cylon & Captain Apollo /  Lt. Starbuck &  Android Sister
  • L’homme qui valait 3 milliards (Six Millions Dollars Man) : Steve Austin & Bigfoot / Oscar Goldman & Fembot
  • Docteur Who un playset du Tradis avec K-9 /  Leela & Sutekh / Scaroth & Morbius

Les figurines sont en un style très vintage, avec des vêtements en tissues et des accessoires.
Disponibilités : Juillet 2012 / en pré-commande sur entertainmentearth.com
Du retro vintage pour L'homme qui valait 3 Milliards, BattleStar Galactica et Docteur Who
 
Du retro vintage pour L'homme qui valait 3 Milliards, BattleStar Galactica et Docteur Who
 
 
Du retro vintage pour L'homme qui valait 3 Milliards, BattleStar Galactica et Docteur Who
 
Du retro vintage pour L'homme qui valait 3 Milliards, BattleStar Galactica et Docteur Who
 
Du retro vintage Docteur Who
 
Du retro vintage Docteur Who
 
Du retro vintage Docteur Who
 

C'est comme les gens qui s'imaginent qu'ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, mais qui apprennent que ça ne marche pas comme ça. Où qu'on aille, on s'emmène avec soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.