Crowdfunding : recette miracle pour les indépendants ?

Depuis les succès médiatiques rencontrés par des musiciens financés via MyMajorCompany, le financement participatif a le vent en poupe. A mi-chemin entre l’art et l’industrie, les indépendants du secteur du jouet ont flairé le filon et de nombreuses initiatives ont fleuri  sur les principales plateformes : Kickstarter, Indiegogo…

kickstarter-logo-light

Crowdfunding ?

En anglais, le crowdfunding désigne le financement participatif. Une levée de fonds opérée pour soutenir un projet communautaire ou local dont les porteurs n’arrivent pas à convaincre les banques de la viabilité économique. Le jouet de collection reposant sur des communautés relativement impliquées autour de grandes licences, plusieurs créateurs ont sauté le pas et demandé aux internautes de pré-financer leurs produits.

Le pré-financement s’apparente beaucoup à une souscription. Sur la plateforme Kickstarter par exemple, les fonds promis ne sont prélevés qu’une fois l’objectif annoncé par le créateur atteint. Chaque supporter s’engage à payer une somme (à partir d’un dollar) en échange d’un produit qui n’existe pas encore. Le principe du financement participatif repose donc sur la confiance et la mutualisation du risque au sein d’une communauté (de collectionneurs pour le coup).

Financez les jouets de vos rêves

ToyzMag vous a régulièrement tenus informés des différentes campagnes lancées par des créateurs indépendants souhaitant faire financer leur propre gamme de jouets. Vous avez pu remarquer que s’y mêlent des projets originaux, des rééditions vintage ou des développement de licences existantes. Tous ces créateurs se sont lancés sur des niches négligées par les grands noms du jouet (voir plus bas).

 

Projet Type de produit Créateurs Résultat Soutiens Somme récoltée Commentaire
Gothiropolis Ravens Figurines 6″ Four Horsemen (ex-McFarlane, sous-traitants Mattel) Succès 1 510 303 666$ (467%) Forte expérience et fanbase y compris pour leur travail en indé
P.U.N.K.S. Figurines 3″ Blackcherry Special Echec 2 115$ (11,5%) Projet financé autrement
Space Trees Accessoires figurines 4″ Twelth Parsec Succès 77 10 416$ (298%) Playset Star Wars
Marauder Gun Runners Series 7 Accessoires 4″ Marauder Inc. Succès 312 20 746$ (122%) Communauté de fans G.I. Joe.
Marauder Task Force Figurines et accessoires 4″ Marauder Inc. Succès 1 195 244 155$ (814%) Communauté de fans G.I. Joe.
I am Elemental Figurines 4″ I am Elemental Succès 2 520 162 506$ (465%) Produit atypique, débat complexe sur les genres
Legends of Cthulhu Figurines rétrovintage 4″ Warpo Toys Succès 1 178 131 814$ (220%) Rétro vintage, forte communauté Cthulhu
Skeleton Warriors Figurines 5″ October Toys Succès 878 50 140$ (111,5%) Réédition licence vintage
Vitruvian HACKS Figurines 4″ Boss Fight Studio (ex-Hasbro) Succès 1 198 412 270$ (550%) Forte expérience et fanbase
Eco Truck Jouets modulables en bois made in USA Luke’s Toy Factory Succès 175 15 473$ (103%) Argument écolo, cible raisonnable, made in USA
Street Fighter Ryu Figurines 6″ Capo Toys Echec  150  8 079$ (9,5%) Problèmes juridiques, faible offre, peu de relais

 

La faute aux grands ?

Si l’on regarde le succès considérable de deux projets développés par ou en collaboration avec Boss Fight Studio : les figurines Vitruvian H.A.C.K.S. et Marauder Task Force, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur l’influence de l’actuelle stratégie de Hasbro sur le choix des fans.

Certes, l’équipe de Boss Fight Studio est bien connue des fans de G.I. Joe et de Star Wars. Elle est présente dans la communauté des fans autour de projets comme les figs exclusives du G.I. Joe Collectors Club et, comme Marauder Inc, expose ses travaux dans les conventions, mais cela ne suffit pas à expliquer que des quasi inconnus lèvent plus de sept fois la somme dont ils avaient besoin au départ.

C’est bien parce qu’Hasbro a quasiment abandonné G.I. Joe que Marauder et Boss Fight ont pu proposer la Task Force et cela prouve, malgré le succès grandissant des figs 6″ (Star Wars et Marvel, notamment) qu’il existe encore un public pour les jouets 4″. D’ailleurs même les Four Horsemen qui sont de grands spécialistes du 6″ (MOTUC, DC, Gothiropolis) se sont orientés récemment sur le 4″ (Outer Space Men, Power Lords et bientôt Mythic Legions).

De même le succès phénoménal de l’initiative IAmElemental montre bien que l’industrie du jouet peine à proposer des produits adaptés aux petites, c’est-à-dire capable de développer leur imagination sans leur imposer de stéréotype physique ou autre.

i am elemental
D’une manière plus anecdotique, mais tout autant révélatrice, la proposition de jouets modulables en bois Made in USA par Luke’s Toy Factory a rencontré un petit succès grâce justement aux arguments que n’utilisent plus les grands groupes : proximité, emploi local et impact environnemental.

Autant de contraintes pour un producteur qui a avant toute chose en tête les exigences de rentabilité de ses actionnaires.

On est donc en face d’une forme de crise de l’offre dans le secteur : les ventes s’essoufflent et se concentrent sur quelques licences pour lesquelles les industriels tendent à réduire les coûts de production (nouveaux matériaux, réduction de la complexité des designs, des opérations de peinture…) ou d’emballage. Avec des résultats parfois déplorables du point de vue de la qualité des figurines ou de la distribution. De ce point de vue, les dégâts causés par l’adhésif de faible qualité utilisé par Hasbro pour sceller les premières figurines Star Wars Black Series 10cm sont mémorables.

Il existe également des projets qui tablent sur la nostalgie avec figurines rétro-vintage (Legends of Cthulhu par Warpo Toys) ou vintage rééditées (Skeleton Warriors par October Toys). Un choix très fanboy qui apporte peut-être moins du point de vue de l’innovation, mais qui rencontre un public sans l’ombre d’un doute au vu de la mode grandissante des jouets rétro.

warpo-toys

Les recettes d’une campagne réussie

ToyzMag vous a régulièrement tenus informés des différentes campagnes lancées par des créateurs indépendants souhaitant faire financer leur propre gamme de jouets. Toutes n’ont pas réussi, mais la plupart de celles qui ont rencontré le succès partageaient des points communs.

Il est ainsi indispensable de proposer un produit original qui réponde à une attente et permette ainsi de s’appuyer sur une communauté de fans. Cela impose certainement de connaître cette cible et, de ce point de vue, la participation aux salons/conventions comme les interactions avec les collectionneurs sont essentielles.

Cette immersion auprès des clients potentiels permet à de jeunes entreprises de se faire connaître dans le milieu relativement fermé du jouet de collection. Même des artistes au CV impressionnant doivent en passer par là. Rappelons-nous les initiatives FANtastic des Four Horsemen pour les jouets Seventh Kingdom dans les années 2000 ou plus récemment l’incroyable campagne web de Boss Fight Studio.

A contrario, l’exemple de Capo Toys pour ses figurines Street Fighter fait figure de contre-exemple. La présentation des prototypes à la NYTF de février laissait augurer du très bon. Las, les démêlés juridiques entre le sculpteur et ses associés se sont soldés par une transaction tardive et un lancement précipité de la campagne Kickstarter (peu de relations avec les fans ou la presse presse). De plus les produits présentaient des attraits limités : diffusion restreinte à l’Amérique du nord, un seul personnage concerné, de faibles bonifications potentielles pour les souscripteurs et une originalité encore à prouver. On connaît désormais le résultat… Toutefois Capo Toys n’est pas décidé à jeter l’éponge et a relancé une campagne Kickstarter pour une offre considérablement élargie (lire notre article) tant du point de vue de la géographie que des produits. Nous verrons si cela suffit à compenser les autres défauts identifiés plus haut.

 

 

Tags: , , , ,

1 Response à " Crowdfunding : recette miracle pour les indépendants ? "

  1. sith dit :

    Miam ! super résumé ! j’aimerai bien que quelqu’un propose un crowdfunding pour des vintage inédits de saint seiya. Comme ce format semble définitivement abandonné par bandaï et que custom zero est mort de sa belle mort, ça serait sympa. Un peu comme le projet barbarossa pour MOTU vintage quoi.









































Copyright © 2011-2018 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.