Instant Vintage : Cy-Kill Gobots Black Card (Bandai, 1983)

Aujourd’hui nous allons parler robot dans votre rubrique l’Instant Vintage! Pour la seconde fois dans l’histoire de notre magazine, nous abordons la gamme vintage des Gobots! Un des personnages les plus inoubliables, Cy-Kill, le chef des Renégats, a connu différents formats et packaging tout au long de l’existence de la ligne de jouets. Nous vous proposons un Flash!! sur l’édition en carte noire européenne de Cy-Kill ainsi qu’un petit retour sur la naissance de la licence Gobots!

 

gobots cykill

 

Ce blister de Cy-Kill est un peu particulier et ses spécificités le rendent très intéressant en terme d’historique de distribution de la gamme sur notre territoire. Le marché européen et donc français de la licence a connu beaucoup de troubles (nous en parlerons un peu plus bas). Les droits furent confiés à Bandai pour la distribution en Europe. Avec une licence en cours d’acquisition et dans la précipitation, les premiers blisters arborèrent la mention Robo Machine alors qu’aux U.S Tonka avait déjà des packagings clairement estampillés Gobots. Ce n’est qu’avec l’arrivé plus tardive du dessin animé en France, le Défi des Gobots, que les packagings furent retravaillés. Pour autant, certains invendus provenant du sol américain étaient écoulés en hâte sur notre territoire sous la mention Robo Machine. Il y a aussi les rééditions du début des années 90 avec des blisters uniformisés et de nouveau sous mention Robo Machine uniquement. N’oublions pas les stickers nominatifs Gobots de reconditionnement, les formats des cartes jamais identiques etc… Bref, cette organisation anarchique apporte au moins la satisfaction d’avoir des choses à dire sur son lot d’incohérences ainsi que de variantes!

 

Pour ce blister spécifique, on note déjà en première instance la couleur de la carte, noire, unie, avec la mention Robo Machine. Cette édition datant de 1983, et probablement commercialisée en fin d’année, était utilisée pour le territoire européen. Il semblerait par ailleurs que les toutes premières cartes U.S furent également noires et distribuées par Bandai/Tonka. On retrouve donc le robot présenté dans la bulle sans le poing gauche relevé, à l’inverse des U.S, mais avec une planche de stickers, non présente par ailleurs dans les blisters américains mais propres aux packagings européens.

Ancien Logo bandai

Ancien logo bandai

Logo Bandai

Logo Bandai

 

Deuxième point essentiel, le logo Bandai. Il est bien présent mais ce n’est pas celui que l’on connaît traditionnellement. C’est en fait l’ancienne version utilisée très largement aux Etats-Unis. On peut émettre l’hypothèse qu’avec les droits en cours d’acquisition, le logo et les référencements sont encore approximatifs à cette date. Il sera d’ailleurs clairement mentionné au dos de la carte: « modèle déposé en France en cours« .

Au dos du blister, on retrouve dans les copyrights une triple traduction pour le marché français, anglais ainsi qu’italien. Il y a au delà de cette remarque un point bien plus intéressant: en effet, si l’on regarde  attentivement le référencement numérique des différents modèles de robots présentés, on remarque immédiatement que le RM-06 est absent, étant resté une exclusivité japonaise. Là encore on sent bien que le travail graphique de présentation a été fait probablement dans une certaine urgence avec peu de soins. On peut également émettre l’hypothèse que le robot ne fut pas retenu pour diverses raisons lors du choix des modèles dans les catalogues professionnels.

 

Cy - Kill Black Card Cardback

Cy-Kill Black Card Cardback

 

Cy - Kill et Tank Black Card

Cy-Kill et Tank Black Cards

 

Cy - Kill et Tank Black Cards (2)

Cy-Kill et Tank Black Cards (2)

 

Cy - Kill

Cy – Kill

Les Gobots, nommés à leur naissance Machine Robo au Japon, ont eu une genèse chaotique qui annonçait de manière prémonitoire leur parcours. En effet, c’est la firme Popy qui sera à l’origine de la gamme en 1982 et ce de manière singulière puisque la société est en fait un groupe du personnel provenant de chez Bandai. L’idée est assez simple: remettre au goût du jour les robots en jouets qui connaissent alors une période peu prospère. Point positif, avec un marché non prépondérant et aucune licence, les coûts de la production allaient être réduits. Les Machine Robo vont connaître des premières ventes très satisfaisantes sur le marché en grande partie à cause de leur faible prix: environ 600 yens, chiffre qui sera d’ailleurs repris pour nommer la série de jouets (Machine Robo série 600). Comble du sort, en 1983, et ce malgré un succès prononcé de la gamme des petits robots transformables, Bandai va réabsorber la firme Popy tout en gardant à l’idée de continuer la production…

Qui dit licence à succès dans les mains d’une grosse firme dit profit donc exportation. Bandai constatant que la gamme fonctionnait bien au Japon, ce fût d’abord les Etats-Unis et l’Australie qui virent débarquer sur leurs sols respectifs les jouets puis l’Europe avec son lot de variations incontrôlées comme vu précédemment. Le succès fût vite tiède aux U.S, les Machine Men n’offrent pas la réussite connue au Japon. Les raisons: un marché qui oscille et surtout la présence d’une autre licence qui va devenir un incontournable, les Transformers… C’est là que tout le savoir faire américain va jouer un rôle très important. Tonka, qui devient distributeur officiel aux U.S, sort l’artillerie lourde: la firme renomme la gamme, les Gobots vont désormais bénéficier de multiples supports promotionnels dans lesquels ils vont être doués de profils psychologiques, de conscience… Des comics vont voir le jour mais aussi un dessin animé

 

Robo Machine

Robo Machine

 

Voilà pour cette petite analyse des cartes noires Gobots à travers le blister de Cy-Kill. Il est toujours intéressant de se pencher sur les variantes. Très souvent, elles reflètent les troubles que connaît la licence charger de distribuer et/ou de produire les jouets. Nous vous donnons rendez – vous samedi prochain dans votre rubrique l’Instant Vintage avec un nouveau jouet des années 70, 80 et 90!

Ce  dossier est tout particulièrement dédié à Lionel, Stéphane et Litteul-Run.

Tags: , , ,

10 Responses à " Instant Vintage : Cy-Kill Gobots Black Card (Bandai, 1983) "

  1. Gus dit :

    Superbe IV. Bravo.
    J’ai appris plein de choses sur les Gobots.

  2. guillaume dit :

    je me souviens avoir lu ton dossier sur ce cher Cy-Kill sur ton blog cher Nicko et c’est une fois de plus un grand plaisir de revoir tes photos (vraiment superbe ton blister!) et de lire tes textes (je ne me souvenais plus que l’appellation première venait du prix original de 600 yens) :) excellent choix, j’adore ces p’tits robots et Cy-Kill est une bombe de charisme!
    D’ailleurs, en cliquant sur le lien de ton blog je me suis aperçu que j’avais un sacré retard de lecture à rattrapper (plein de chouettes nouveaux articles!!) 😉 à très vite et merci encore pour tes super dossiers!!

    • Nicko dit :

      Merci beaucoup Guillaume! C’est un plaisir pour moi de te compter parmi les lecteurs de ToyzMag et du Blog 😉 Je crois qu’on ne se lasse pas des Gobots en fait! lol

  3. Jean - Francis dit :

    Bonjour,

    Vous parlez de « cartes noires » dans votre article. Pourquoi parlez – vous de café? Merci de m’expliquer car je ne comprends pas.

    J.F

  4. Kenyfleury dit :

    Cest marrant quand je cherche une info Gobots je contacte par sms les 3 personnes a qui tu dédies ce sujet lol
    A croire quils sy connaissent un peu ^^

    • Nicko dit :

      Il est important de reconnaître le travail des pionniers dans un domaine lorsqu’on en parle. Au delà du clin d’œil, c’est aussi une forme d’honnêteté intellectuelle et de respect 😉 De manière plus globale, ce modeste papier est dédié à tous les amoureux des Gobots et des robots :)

  5. Mon Lieutenant dit :

    Aaaah, les Gobots. On en parle très souvent ces derniers temps. Avec un plaisir non dissimulé du reste. Si seulement on pouvait avoir des nouvelles concernant l’hypothétique sortie du revival dont les images nous ont flatté la rétine…
    Bravo pour l’article mon cher Nicko, c’est toujours intéressant d’apprendre ou de revoir certaines choses concernant ces petits robots. Et merci encore pour la dédicace spéciale en fin d’article cher ami !! C’est sûr que Lionel et Ralph sont des pointures dans ce milieu. Quand on voit leurs collections…
    Sinon, pour le MR-06, comme il s’agit d’un « highway bus », absolument inconnu en Europe et en France à cette époque, le jouet aurait certainement souffert d’une mévente générale (encore que, quand on voit la qualité de ce Gobot), d’où aussi le fait d’avoir choisi de le laisser au Japon.
    Vivement la prochaine série. Et si quelqu’un croise par hasard le jouet de la forteresse de Gobotron, qu’il me contacte urgemment !!
    Quelqu’un aurait-il les épisodes du DA en VF ? Les DVD sont sortis en VO (je les possède) mais j’aimerais retrouver les voix françaises. Merci par avance.

    PS : salut François !! Bah, t’es pas en vacances ?!? 😉

    • Nicko dit :

      Merci à toi Stéphane pour ta présence ici 😉 Je n’ai pas d’épisodes du D.A en VF sous la main malheureusement… N’hésite pas à me téléphoner quand tu le souhaites pour parler jouets 😉

  6. Ludosith dit :

    Merci pour ce dossier génial !!
    Ces petits robots sont une partie vraiment importante de mon enfance :)
    J’ai Tux la limousine en blister et je l’adore énormément avec son coté « fantôme »



































Copyright © 2011-2017 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.