Générations Science-Fiction : Interview de Patrice Girod

Mercredi 2 décembre 2015 sort aux éditions Bragelonne, Générations Science-Fiction, un livre co-écrit par Arnaud Grunberg et Patrice Girod qui a amicalement nos questions.

Patrice_Girod_Ôö¼-«SFA

 

Générations SF, mais pas que… On remarque que la science-fiction n’est pas le seul genre abordé dans le livre. Il n’existe pas de terme pour décrire ce vaste pan de la culture populaire ?

Ce livre est basé sur nos archives qui sont très SF. On avait surtout envie de raconter notre parcours et d’expliquer pourquoi Star Wars a agit comme un déclencheur pour tous les films qui ont suivi (Alien, Blade Runner, le Superman de Richard Donner), un âge d’or dont les films sont aujourd’hui repris (parfois plusieurs fois) sous la forme de  reboots et de remakes.

 

Le titre évoque plusieurs générations. La SF remonte aux origines du cinéma avec Méliès, jusqu’où remontez-vous dans le temps ?

Le livre est structuré autour de Star Wars. Il y a un avant Star Wars, le chapitre concerne nos lectures, les films et séries qu’on a aimé comme Cosmos 99 ou Les Mystères de l’ouest et un après. On ne suit pas complètement un plan chronologique pour autant : nous parlons de 2001 L’odyssée de l’espace après Star Wars, car c’est Star Wars qui nous a donné envie de découvrir ce classique de Kubrick.

C’est un parcours personnel, on est curieux de voir comment un jeune d’aujourd’hui réagira à cette présentation. On espère que cela lui donnera envie de voir certains films comme Outland avec Sean Connery.

Mais on parle aussi de films récents comme Matrix, Sunshine ou Red Planet.

 

Les mondes imaginaires, les récits dystopiques et les aventures de super-héros semblent avoir une véritable reconnaissance tant du public (qui se féminise nettement) que des critiques.

A quoi attribues-tu ce bouleversement ? Est-il durable à ton sens ?

Internet a tout changé. C’est très différent de 1995 et de l’époque où j’ai lancé le Lucasfilm Magazine. Le public a changé, on s’affiche beaucoup plus facilement fan de Star Wars que dans les années 80. 

En 1987, Arnaud était le seul Français présent à la convention Star Wars à Los Angeles. Anthony Daniels y avait dit que ceux qui voulaient voir de nouveaux films Star wars devraient en parler à George Lucas. Il a alors eu l’idée d’une tombola pour récolter des fonds pour acheter une page de pub dans Variety. Seulement 20 personnes ont participé, de nos jours avec le crowdfunding, ce serait dingue. Au final, Lucasfilm a écrit et Steve Sansweet s’en souvient encore. Certains considèrent même cette pub demandant à Lucas de faire de nouveaux films comme le premier produit dérivé des Prequels. Aujourd’hui grâce à Internet, les gens peuvent partager leur passion, découvrir qu’ils ne sont pas seuls à apprécier ce genre de film. Cela libère la parole.Avec les films Marvel notamment s’est même produit une synergie qui débouche sur un phénomène inattendu comme celui de l’engouement autour de Retour vers le Futur.
Le livre se base sur les très riches collections de Callisto/SFArchives. Est-ce que certains objets dans le livre sont présentés pour la première fois au grand public ?

Enormément de pièces sont exposées pour la première fois. Nous avons 10 000 objets dont 400 costumes. Pour autant, ce n’est pas ce qui nous a guidé dans le choix des photos. Nous avons privilégié l’histoire qu’on voulait raconter à travers ces objets.

 

Y-a-t-il une pièce particulière que juge plus étonnante que les autres, une anecdote que vous voudrait plus particulièrement mettre en avant ?

Un objet en fait occupe une place à part. Il s’agit de la main coupée de Luke Skywalker dans l’Empire contre attaque. Elle permet une transition avec le nouveau film dans lequel on découvre que le sabre de Luke a été retrouvé. [NDLR : C’est un point qui avait été développé dès 1991 dans les romans de Timothy Zahn].

 

J’imagine que les contraintes de l’édition ont conduit à écarter des objets qui pouvaient vous tenir à coeur à Arnaud et à toi. Il y en a-t-il un en particulier qui te vient à l’esprit ?

Nous avons l’intention de faire trois livres, donc on pourra se rattraper. Mais ce livre n’a pas été conçu comme un ouvrage ordinaire. Nous avons d’abord fait les shootings photo et on a seulement ensuite produit le texte. La maquette a été réalisée avant les textes en fait, autour des objets. C’est grâce à la confiance de notre éditeur que nous avons pu travailler de cette façon peu orthodoxe.

 

Justement, l’iconographie est un élément essentiel pour ce genre d’ouvrage, les photos de Benjamin Taguemount ont-elles toutes été réalisées pour l’occasion ?

Tout a été photographié pour l’occasion. Benjamin avait déjà travaillé sur le catalogue de l’exposition au musée des Arts décoratifs. C’est un grand photographe. les photos réservent des surprises, notamment pour les costumes : Arnaud Grunberg a eu l’idée de les présenter non pas sur des mannequins, mais de les faire porter par des comédiens. Le résultat est inédit et ça marche merveilleusement !

 

Désires-tu ajouter quelque chose ?

Je tiens à remercier l’équipe qui a contribué à ce livre, chez notre éditeur, mais aussi Robert Watts qui en signe la préface et Paul Shipper pour la couverture du livre.

G+®n+®rations Science-Fiction couv HD

Tags: ,

Commentaires fermés













Copyright © 2011-2018 ToyzMag.com. All rights reserved. Les articles sont soumis au droit d'auteur. ToyzMag est une marque déposée
.