Previous Article Next Article Business : résultats financiers de Mattel
Posted in Briques News

Business : résultats financiers de Mattel

Éclairagiste chez FulguroPop. La quarantaine rugissante. Collectionneur Star Wars, Marvel...
Business : résultats financiers de Mattel Posted on 2 février 2016Leave a comment
Éclairagiste chez FulguroPop. La quarantaine rugissante. Collectionneur Star Wars, Marvel...

Mattel a procédé hier soir à la communication de ses résultats pour l’année 2015 et son quatrième trimestre.

Plutôt bousculé ces derniers temps, Mattel semble tenir le coup. Au dernier trimestre, les ventes mondiales ont augmenté de 7% (hors effets de change) avec un revenu opérationnel de 310,5 millions de dollars. Sur l’année, les ventes ont progressé de 2% et le revenu opérationnel se monte à 640,3 millions.

logo

Par gamme, on retrouve le décompte suivant.

Marques filles et garçons Mattel
Au T4, les ventes filles et garçons se sont élevés à 1,14 milliard tout juste en hausse de 1% par rapport à fin 2014. Les ventes brutes de Barbie dans le monde ont cru de 8% alors que les autres marques filles chutaient de 28%. Du côté des petites voitures (Hot Wheels et Matchbox), les ventes ont crû de 26% quand celles des jeux (plus Radica) progressaient de 16%.

Sur l’année les ventes se sont élevées à 3,46% (en baisse de 2%), Barbie perdant 1% sur l’année. Les autres marques filles ont perdu 17%. Les petites voitures progressant de 21% et les jeux de 1%.

Notons que la chutes des autres marques filles (Monster High, Ever After High notamment) était attendu et que la remontée de Barbie s’effectue après plusieurs années consécutives de baisse de cette marque phare. Les ventes de Hot Wheels ont certainement profité de l’effet licence boosté par Marvel et Star Wars.

Fisher-Price

Les marques regroupées sous la bannière Fisher-Price ont représentés 626,2 millions de dollars au T4, en hausse de 13%. Sur l’année complète, les ventes sont passées à 1,85 milliard de dollar (+7 %).

American Girl

Cette marque diffusée par ses propres boutiques, a perdu 14% au dernier trimestre (271,8 M$). Sur l’année, les 572 millions gagnés représentent une baisse de 7%.

Jeux de construction et loisirs créatifs

Dans cette catégorie comprenant Mega Bloks, les ventes ont cru de 11% au T4 (130,2 millions). Le chiffre d’affaires s’est élevé à 351,7 millions en 2015.

 

Si Mattel clôt l’année sur une note positive, claironnant sur les résultats de Barbie et profitant du buzz actuel sur les nouvelles silhouettes proposées pour la poupée mannequin star, ce début d’année 2015 s’annonce crucial pour le groupe qui a perdu la licence Disney Princess au profit de son concurrent direct, Hasbro.

 

Éclairagiste chez FulguroPop. La quarantaine rugissante. Collectionneur Star Wars, Marvel...

0 comments

  1. Des gros rayons MOTU dans les magasins comme dans les 80’s et les chiffres exploseront pour eux..surtout vue la grosse demande qu’il y’a depuis un moment
    Ils attendent quoi ?

  2. curieux de voir les résultats pour MegaBloks et c’est carrément une très belle croissance! après faut voir si c’est dans le domaine 1er âge ou non… on est toujours beaucoup à espérer une plus large distribution (et surtout plus complète!!) des lignes MegaBloks collector en Europe! j’espère que ces bons résultats encourageront une meilleure disponibilité!
    comme beaucoup, un peu marre et surtout lassé de devoir engraisser des vendeurs secondaires US d’ebay ou amazon qui nous fourguent des sets à 2 fois leurs prix, et de devoir ré-engraisser les bureaux de taxation douanière derrière…

    1. Je confirme que c’est vraiment la ruine pour les commandes en effet et la distribution en France..dure dure 🙁
      Merci Blaster et Sith pour les infos en effet ça y fait beaucoup et sans DA et film bin ça vend beaucoup moins c’est évident^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.