Previous Article Next Article FCA : Robots & Jouets de l’espace dans Le Professionnel (1981)
Oui, je connais le gars qui a fini par remporter en cassation le procès que lui avait fait le maire d'Orléans en 2008 : c'est moi !
FCA : Robots & Jouets de l’espace dans Le Professionnel (1981) Posted on 7 avril 20178 Comments
Oui, je connais le gars qui a fini par remporter en cassation le procès que lui avait fait le maire d'Orléans en 2008 : c'est moi !

Aujourd’hui, vacances obligent, cette rubrique aurait pu s’appeler : flashback dans la lucarne.

s16 - Copie

En effet retour sur un film ultra célèbre de 1981 avec la star Jean-Paul Belmondo, Le Professionnel de Georges… Lautner ! C’est à un FCA un peu spécial que vous êtes convié car nous avons non seulement pléthore d’images à vous montrer mais aussi de sérieuses révélations dignes du film à vous faire ! Mais d’abord une seule priorité toute affaire cessante : lire la suite de ce billet en écoutant Chi Mai, d’Ennio Morricone, inoubliable musique du film (ayant contribué à son succès), composée bien antérieurement et réutilisé (et/ou parodié) ensuite de multiples fois : si l’envie vous prend d’avaler quelques croquettes pour chien en plus, c’est normal ! Et puis l’histoire mouvementée du film n’est pas inintéressante non plus.

p1 - Copie

 

s3 - Copie

 

On vous plante le décor : Jean-Paul Belmondo, alias Josselin « Joss » Beaumont, est traqué dans Paris par toutes les polices (dont un très méchant chef campé par Robert Hossein !). Pourquoi ? Parce que notre héros était chargé de tuer un dictateur africain puis en fin de compte le gouvernement a annulé la commande. Problème avec notre Bébél : il veut quand même remplir son contrat, tout en échappant aux flics et ça crispe tout le monde : ses ministres, ses nanas, ses anciens patrons…

s7 - Copie

C’est à l’un d’eux justement qu’il rend visite chez lui vers la fin du film, Edouard Valéras interprété par Michel Beaune (le père de Caroline Beaune, la légendaire voix française -hélas décédée- de Dana Scully et Lynette Scavo…). Son appartement parisien est digne d’un de ceux qu’on vous montre dans le rendez-vous du collectionneur : jouets de l’espace partout ! Robots japonais bien sûr mais aussi jouets en tôle (tin toys) ainsi que les dernières nouveautés de la fin des années 1980 (c’est ça qui nous intéresse !).

s14 - Copie

Ainsi on reconnaît l’Atlantis d’Albator, version radio guidée française par Joustra (un must à l’époque), un Goldorak Jumbo Shogun de Mattel bien caché, une poupée de Stormtrooper ainsi que Z6PO (flou) et d’autres plus rares que nous avons identifié grâce à un site de vente aux enchères. Nous vous laissons découvrir cette enquête passionnante. Il y en a partout ! Sur les étagères mais aussi dans les reflets des miroirs, sur une table basse, sur les cheminées… Robby est là mais aussi l’oublié SirGalaxy, Zebroid Zobor et quelques autres !

s18 - Copie

s19 - Copie

Surtout ce qui frappe, c’est que cet appartement ne fait pas « décor de cinéma » et semble bien être la vraie demeure d’un vrai collectionneur de 1981 à en juger par les classeurs au bas des étagères, les livres.. Mais aussi des posters qu’on reconnaît comme étant issus des œuvres de Philippe Druillet !

s4 - Copie

 

planche druillet

 

druillet s - Copie

 

druillet professionnel

A un moment du film, Belmondo joue avec un des robots et prononce une fameuse réplique, vraisemblablement de Michel Audiard (un des dialoguiste du film) : « C’est pas avec tes robots qu’tu m’faisais le plus chier, c’est avec les piles !! Les piles allemandes n’allaient pas sur les robots japonais !! J’sais même pas si les piles bretonnes allaient sur les robots auvergnats« . L’occasion de relire ma chronique sur certaines piles de l’époque tiens !

s9 - Copie

s10 - Copie

s11 - Copie

Il serait intéressant de pouvoir creuser cette partie du film qui contient encore du coup quelques mystères : lieu de tournage, identité de l’heureux possesseur de cette magnifique collection (dans laquelle n’apparaît curieusement pas le R2-D2 radio commandé pourtant vedette cinématographique par ailleurs…), devenir de tous ces jouets…

s8 - Copie

IMG_4376

 

p2 - Copie

s12 - Copie

s18 - Copie

 

s20 - Copie

 

IMG_4378

s21 - Copie

 

 

IMG_4379

IMG_4380

vitrine - Copie

IMG_4375

 

IMG_4374

 

IMG_4373

 

 

Pareille collection n’était pas simple à faire en 1981. Que dire alors en 2017 ? N’hésitez pas à nous dire dans les commentaires si vous reconnaissez d’autres jouets et pardon pour la qualité relative des images, photos prises devant la télé faute de pouvoir faire des captures correctes.

Si vous avez l’occasion en tout cas de revoir ce film, foncez !

le professionnel

(Merci à GF d’avoir inventé le concept de la rubrique, à JB qui m’a donné l’idée de cette chronique et à PL qui indirectement me l’a remise en mémoire en me poussant à retrouver dans quel film on voyait tout ces robots…)

 

 

Oui, je connais le gars qui a fini par remporter en cassation le procès que lui avait fait le maire d'Orléans en 2008 : c'est moi !

8 comments

  1. Je m’étais posé la même question : hasard ou appartement réel d’un collectionneur de SF du début des années 80 ? Ce qui est bizarre c’est que rien n’ait transpiré en plus de 30 ans ?
    Si il s’agit d’une véritable collection son proprio doit avoir au moins 60 ans aujourd’hui. Il ne devait pas y avoir tant de fans que ça à cette époque…Tout du moins qui collectionnait.

  2. Génial article ! Je me souviens avoir été marqué par cette scène en regardant ce film, il y a longtemps déjà…je m’étais amusé à retrouver furtivement les toys connus. Et hormis, le stormtrooper assis, on peut y apercevoir le Goldorak Jumbo…il est d’ailleurs visible sur la première photo de l’article, juste à gauche de Michel Beaune…On distingue ses couleurs bleue et noir…

  3. Je pense qu’il y a de fortes chances qu’il s’agisse là de l’appartement et de la collection de Philippe Hourdé. Directeur alors de l’école Supérieure des Arts et techniques… j’adorais être convoqué dans son bureau qui avait exactement la même décoration que chez lui. Disparu en 2009, sa collection a été depuis dispersée, vendue aux enchères à l’hôtel Drouot lors de la vente « 1977-2015  » Des origines à la légende » , La saga Hourdé ».

  4. Bonsoir à tous,

    Je suis tombé sur votre article en cherchant justement des infos sur cette scène incroyable que j’ai revue hier dans le professionnel.
    Disons surtout que j’ai revu Le Professionnel mais que j’ai VU tous ces robots pour la première fois car cela ne m’avait pas frappé la 1ère fois !… Trop longtemps….
    Mais je n’ai pas pu voir les capture d’écran….

    Merci pour ces infos !

  5. toujours vu ces robots dans le professionnel, par contre pas mal de petites erreurs de photo exemple le talking robot que vous mettez est un bootleg de celui en place qui est un le talking robot de yonezawa le bootleg est sortie quelques années après la sortie du film.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.